rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
  • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
  • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
  • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)

Birmanie Aung San Suu Kyi

Publié le • Modifié le

Birmanie: 7 ans après sa libération, les déçus d'Aung San Suu Kyi

media
Aung Suu Kyi au sommet de l'Apec à Danang, au Vietnam, le 10 novembre 2017. REUTERS/Jorge Silva

Aung San Suu Kyi est aux Philippines pour le sommet de l'Asean depuis samedi 11 novembre, après avoir participé au forum de l'Apec au Vietnam. Deux rendez-vous internationaux qui sont les premiers pour la conseillère d'Etat birmane depuis le début de la crise dans l'Etat de l'Arakan. Et ce, alors qu'elle a été sous le feu des critiques ces dernières semaines pour sa réaction face à l'exode de centaines de milliers de Rohingyas au Bangladesh. Si 7 ans après sa libération, le 13 novembre 2010, l'ancienne dissidente reste très soutenue par la population birmane, des voix s'élèvent pour la critiquer chez ses anciens soutiens. Reportage.


Avec notre correspondante à Rangoon, Sarah Bakaloglou

Pendant des années, Bo Bo, un activiste birman, a défendu publiquement la prix Nobel de la paix. Il l'a défendue lorsqu'elle était en résidence surveillée, puis lorsqu'elle est entrée au Parlement. Mais aujourd'hui, il dénonce la rupture d'Aung San Suu Kyi avec la société civile.

« Avant, elle était accessible, maintenant elle ne lui parle plus. Pour construire la paix dans notre pays, on a besoin de la société civile. On a beaucoup de lois répressives dans notre pays, et depuis que la NLD est au pouvoir, elle utilise toujours ces lois répressives. Elle en a même créé d'autres qui limitent la liberté d'expression », critique-t-il.

Bo Bo le reconnaît, les défis sont nombreux et la marge de manoeuvre de la conseillère d'Etat birmane faible. Mais pour Khin Sandar, activiste originaire de l'Etat de l'Arakan, la prix Nobel de la paix a changé depuis son arrivée au pouvoir.

« Je l'aimais beaucoup avant. Maintenant, je suis méfiante de sa vision de construction le pays. Par exemple, elle a dit que la Constitution allait être changée ; depuis, c'est le silence. Elle est devenue une politicienne. Elle marchande avec les militaires, joue à des jeux politiques. Je ne la vois plus comme une icône de la paix », reproche-t-elle. Les militaires dont parle Khin Sandar restent très présents dans le pays. Ils sont à la tête de trois ministères clés, et 25 % des sièges du Parlement leur sont garantis.

→(Re)lire: La Birmanie entre dans une nouvelle ère avec son nouveau gouvernement

Chronologie et chiffres clés