rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chine Japon Shinzo Abe Xi Jinping Corée du Nord Diplomatie

Publié le • Modifié le

Abe et Xi parlent d'un nouveau départ pour les relations sino-japonaises

media
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe au sommet de l'Apec, à Danang, le 11 novembre 2017. REUTERS/Jorge Silva

Les dirigeants chinois et japonais appellent de leurs vœux un nouveau départ. Le Premier ministre nippon, Shinzo Abe, a rencontré le président Xi Jinping au Vietnam, en marge du sommet de l’APEC. Le Premier ministre japonais dit avoir proposé de se rendre en Chine au moment qui conviendrait, après quoi le numéro un chinois viendrait à son tour au Japon. Les relations sino-japonaises ont connu des phases de forte tension ces dernières années, du fait notamment, de contentieux territoriaux.


Pour Sinzo Abe, la rencontre de samedi avec le dirigeant chinois marque un nouveau départ dans les relations entre les deux pays.

« A la fin de la rencontre, le président Xi a déclaré que cette entrevue marquait un nouveau départ dans les relations entre le Japon et la Chine. Je suis exactement du même avis », a déclaré le Premier ministre japonais à Danang au Vietnam, en marge du sommet de l’APEC (Forum économique Asie-Pacifique).

Des relations empoisonnées depuis 2012 par des contentieux territoriaux, notamment autour des îlots administrés par le Japon sous le nom de Senkaku et revendiqués par la Chine sous le nom de Diaoyu.

La Corée du Nord comme « ciment »

Les deux leaders ont parlé de la crise liée au nucléaire nord-coréen et affirment vouloir intensifier leur coopération dans ce domaine. Ils se sont mis également d’accord sur le principe de l’organisation rapide d’un sommet trilatéral avec le chef de l’Etat sud-coréen.

Le rapprochement qui semble se dessiner intervient sur fond d’un certain désengagement américain et de menace nord-coréenne, estime Jean Luc Domenach, sinologue et professeur à Sciences Po. « Les Chinois et les Japonais vont chercher à remplir le vide laissé en partie par les Américains, analyse-t-il. Les Etats-Unis ont encore des positions tout à fait importantes en matière économique en Chine, mais les relations politiques se sont réduites pour une raison simple : depuis que M. Trump est au pouvoir, il a clairement dit que cela l’intéresse beaucoup moins de travailler avec la Chine, que l’essentiel c’était de s’occuper de son propre pays, etc. »

Pour le spécialiste, « le ciment de la relation Chine-Japon va être la menace nord-coréenne ». Il estime que, stratégiquement, les Japonais ont tout intérêt de se rapprocher de Pékin, car « seule la Chine peut avoir des moyens de maîtriser », de peser face aux menaces de Pyongyang.

(Avec agences)

Chronologie et chiffres clés