rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chine Agriculture et Pêche Environnement

Publié le • Modifié le

Chine: Wang Enlin, le paysan qui défie un géant de l'industrie chimique

media
Sur la photo Wang Baoqin (d) et un collègue du mouvement de lutte pour la protection de l'environnement marchent près du village pollué par le groupe chimique Qihua, filiale de ChemChina, à Yushutun, le 21 août 2017. Village de Wang Enlin. Nicolas ASFOURI / AFP

Un paysan chinois de 64 ans défie devant les tribunaux le plus grand groupe chimique de Chine, accusé d'avoir pollué ses terres. L'affaire qui traîne depuis 16 ans a été plusieurs fois relancée en appel. Cette nouvelle plainte vient tester les limites de la loi chinoise sur l'environnement, amendée en 2015, qui a l'ambition de faciliter les recours citoyens contre les entreprises polluantes.


L'histoire de Wang Enlin est un peu celle de David contre Goliath. Ce modeste agriculteur de la province du Heilongjiang, à l'extrême nord-est de la Chine, s'attaque à Qihua, une filiale du géant ChemChina, spécialisée notamment dans le traitement chimique du pétrole brut.

Ayant quitté l'école à 10 ans, c'est en autodidacte qu'il a appris le droit, à l'aide d'un vieux dictionnaire lui permettant de déchiffrer les termes juridiques d'un manuel sur la protection environnementale. Il est parvenu a entraîner derrière lui tout un groupe de villageois qui accusent Qihua d'avoir rendu leurs terres impropres à l'agriculture. Le niveau de mercure dans les sols est encore aujourd'hui tellement élevé qu'il est impossible de les cultiver.

Et Wang Enlin a gagné. En février dernier, la justice a ordonné à l'entreprise de dépolluer les 28 hectares de son site et de verser un total de 106 000 euros à 55 familles pour compenser la perte de leurs récoltes. Mais le jugement a été cassé en appel. Il en fallait plus pour décourager l'agriculteur. Persuadé que la loi est de son côté, il a décidé de contre-attaquer.

En une décennie, le nombre d'affaires de pollution traitées par la justice chinoise a été multiplié par dix. Et certains plaignants ont obtenu gain de cause. A 64 ans, Wang Enlin n'est pas certain d'obtenir réparation de son vivant. Mais il dit mener son combat pour les générations futures.

 

Chronologie et chiffres clés