rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chine Etats-Unis Xi Jinping Donald Trump Nucléaire Corée du Nord Commerce et Echanges

Publié le • Modifié le

Trump en Chine: déficit commercial et Corée du Nord au cœur des discussions

media
Donald Trump et Xi Jinping, accompagnés de leurs épouses, assistent à un opéra à Pékin, le 8 novembre 2017. REUTERS/Jonathan Ernst

Ce jeudi 9 novembre, le président américain Donald Trump poursuit sa visite en Chine, étape cruciale de sa tournée asiatique, avec l'objectif de freiner les ambitions nucléaires de la Corée du Nord. Ce sujet est au cœur de la rencontre entre le président américain et son homologue Xi Jinping. Mais il est aussi question du déficit commercial des Etats-Unis. Une chose est sûre, depuis sa campagne électorale au cours de laquelle il avait durement critiqué la Chine, Donald Trump a mis beaucoup d'eau dans son vin au point de flatter le président chinois fraichement réélu en le qualifiant de « roi de Chine ».


C'est la magie de la Realpolitik. En tant que candidat à la présidence, Donald Trump avait galvanisé les foules en tirant à boulets rouges sur la Chine. « Elle manipule sa monnaie et détruit des emplois américains », avait-il répété tout au long de la campagne présidentielle.

Désormais, ces critiques ont cédé la place à un discours plus aimable, notamment depuis la première rencontre entre Trump et Xi en avril dernier, dans la luxueuse résidence du milliardaire américain en Floride.

Le président américain a compris qu'il avait besoin de la Chine pour faire pression sur la Corée du Nord. Pékin a certes voté les dernières sanctions onusiennes contre Pyongyang, mais selon Washington, le gouvernement chinois pourrait faire beaucoup plus pour contrer les ambitions nucléaires de la Corée du Nord.

La question commerciale sera aussi largement abordée. Les Etats-Unis souffrent d'un énorme déficit commercial - 350 milliards de dollars - à l'égard de la Chine. Mais il n'est pas question d'en faire un sujet qui fâche - au moins officiellement. De toute façon, il est peu probable que le président chinois accepte un compromis. Cela ne l'a pas empêché d'accueillir son homologue américain en grande pompe, sachant parfaitement exploiter une corde sensible de Donald Trump: la flatterie.

Chronologie et chiffres clés