rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La France doit être «totalement impeccable» sur le droit d'asile, «ce qui n'est pas le cas» (Pascal Brice, directeur de l'Ofpra au JDD)
  • Philippines: vingt-six morts dans des glissements de terrain après une tempête (autorités)
  • Pakistan: au moins cinq morts dans une attaque suicide contre une église, selon les autorités
  • Aéronautique: deuxième vol réussi pour le C919, moyen-courrier rival chinois d'Airbus et Boeing (CCTV)
  • Espace: une fusée «Soyouz» s'envole vers la station spatiale internationale (ISS) avec trois astronautes à bord

Chine Etats-Unis Nucléaire Iran

Publié le • Modifié le

La Chine appelle les Etats-Unis à préserver l'accord sur le nucléaire iranien

media
Pékin appelle Washington à préserver l'accord nucléaire avec l'Iran. (Photo : centrale nucléaire de Bushehr, dans le sud de l'Iran) REUTERS/Mehr News Agency/Majid Asgaripour/File Photo

Pékin appelle Washington à préserver l'accord nucléaire avec l'Iran. Donald Trump doit prendre la parole à ce sujet ce 13 octobre. La Chine est l'une des 6 puissances qui ont signé en 2015 avec l'Iran un accord destiné à empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique.


Pékin espère le maintien de l'accord nucléaire uranien. C'est ce qu'a fait savoir  la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying : « Nous pensons que cet accord est important afin d'assurer le régime international de non prolifération nucléaire ainsi que la paix et la stabilité de la région. Nous espérons que toutes les parties continueront à préserver et à mettre en oeuvre cet accord ». Yang Jiechi qui dirige la diplomatie chinoise aurait évoqué ce dossier lors d'une conversation téléphonique jeudi 12 octobre avec le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson.

Donald Trump doit prendre la parole à ce sujet dans la journée. La Chine est l'une des six puissances à avoir signé en 2015 un accord avec l'Iran destiné à empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique. Le président des Etats-Unis pourrait refuser aujourd'hui de « certifier » le fait que Téhéran respecte ses engagements. Les parlementaires auraient alors soixante jours pour décider de ré-imposer, ou non, les sanctions levées depuis 2015.

(avec AFP)

Chronologie et chiffres clés