rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le Japon prévoit un budget record de 46 milliards de dollars pour renforcer sa défense antimissile contre la menace nord-coréenne (Nikkei)
  • Inde: Rahul Gandhi devient le président du parti du Congrès (opposition)

Inde Patrimoine Religion Tourisme

Publié le • Modifié le

Inde: le Taj Mahal, trop musulman pour les nationalistes hindous

media
Le Taj Mahal à Agra dans l'Etat de l'Uttar Pradesh est considéré comme le plus grand joyau architectural de l’art indo-islamique. Corbis Documentary via Getty Images

Le Taj Mahal est en train de perdre de son charme, en tout cas, auprès des autorités régionales indiennes. Le gouvernement de l'Etat de l'Uttar Pradesh, où se trouve le fameux monument, et qui est dirigé depuis peu par les nationalistes hindous, a décidé de cesser de le promouvoir. La raison : ce mausolée musulman ne représenterait pas la vraie culture indienne. Ils veulent à la place mettre en valeur le patrimoine hindou...


« Notre gouvernement est nationaliste et religieux. Or, le Taj Mahal n'est le symbole d'aucune religion. » Ces mots ont été prononcés lundi 9 octobre par le ministre de la Culture de l'Uttar Pradesh, l'Etat où se trouve le fameux mausolée musulman. Et ils viennent confirmer la position radicale de ce nouveau gouvernement d'effacer de la mémoire collective le plus célèbre monument indien, sous prétexte qu'il n'est pas hindou. Le ministre en chef de la région, Yogi Adityanat, qui est un prêtre hindouiste, a répété que le Taj Mahal ne représentait pas la culture indienne et qu'il fallait arrêter d'offrir des miniatures du mausolée aux dignitaires étrangers. Il y a deux semaines, une nouvelle brochure sur le tourisme régional ne faisait même plus figurer le majestueux monument de marbre blanc. Face à la surprise générale, le gouvernement a simplement affirmé que ce document n'était pas complet.

Le Taj Mahal, classé au patrimoine mondial de l'humanité

L'intention de cette nouvelle administration semble toutefois clair. En effet, le ministre de la Culture a même élaboré une alternative : à la place du fameux Taj Mahal, il aimerait promouvoir un temple hindou du XIe siècle qui est peu connu, même en Inde. Cela défie toute logique économique : le Taj Mahal, classé au patrimoine mondial de l'Humanité, est l'un des monuments indiens les plus visités, avec 8 millions d'entrées par an. Et un touriste étranger sur 10 vient le contempler, dont beaucoup de chefs d'Etat qui posent en photo devant son magnifique dôme. L'association régionale des agents de voyage estime qu'environ 400 000 personnes vivent grâce au tourisme apporté par le Taj Mahal.

Le patrimoine musulman de l'Inde menacé

Cette démarche idéologique n'est pas uniquement suivie par ce gouvernement régional. L'administration de ce prêtre fondamentaliste, ne fait qu'exprimer de manière radicale la vision de son parti nationaliste hindou, le BJP, qui tient également le gouvernement national. Pour ses membres, tels que le Premier ministre Narendra Modi, on ne peut être totalement Indien qu'en étant hindou ou en acceptant de se prêter aux rites de cette religion. Les autres minorités religieuses sont des invitées sur ce sol. Ce parti a ainsi lancé une révision des livres scolaires, où il veut glorifier le passé des militants ou prêtres hindouistes et effacer toute trace positive de la période musulmane, qui a duré environ cinq siècles et a laissé, entre autres, des merveilles architecturales comme le Fort Rouge de Delhi, la tombe d'Humayum et le Taj Mahal. Soit certains des sites les plus admirés de l'Inde d'aujourd'hui.

Chronologie et chiffres clés