rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La France doit être «totalement impeccable» sur le droit d'asile, «ce qui n'est pas le cas» (Pascal Brice, directeur de l'Ofpra au JDD)
  • Philippines: vingt-six morts dans des glissements de terrain après une tempête (autorités)
  • Pakistan: au moins cinq morts dans une attaque suicide contre une église, selon les autorités
  • Aéronautique: deuxième vol réussi pour le C919, moyen-courrier rival chinois d'Airbus et Boeing (CCTV)
  • Espace: une fusée «Soyouz» s'envole vers la station spatiale internationale (ISS) avec trois astronautes à bord

Thaïlande

Publié le • Modifié le

Thaïlande: la junte promet des élections en novembre 2018

media
Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-ocha, ancien commandant en chef de l'Armée royale thaïlandaise, le 10 mai 2016 à Bangkok. REUTERS/Athit Perawongmetha

Le chef de la junte au pouvoir en Thaïlande a promis ce mardi 10 octobre d'organiser des élections en novembre 2018.  La date précise sera annoncée en juin prochain. Depuis le coup d'Etat de mai 2014 qui a renversé le gouvernement civil de Yingluck Shinawatra, les militaires avaient sans cesse repoussé la date des élections.


Depuis le coup d'Etat de mai 2014, la junte avait annoncé des élections à deux reprises. Un scrutin repoussé à chaque fois par l'ancien chef de la junte aujourd'hui Premier ministre, Prayuth Chan-ocha, qui avait expliqué qu'il fallait réformer le système politique thaïlandais trop corrompu.

La junte avait aussi promis des législatives en 2017, en cas d'adoption de la Constitution. Mais même approuvé par une majorité des électeurs, le texte controversé n'avait pas permis le retour à la démocratie, bien au contraire.

Selon la nouvelle Constitution, le Parlement se retrouve sous la coupe du Sénat contrôlé par les généraux. Pour justifier le report des élections, les militaires se sont aussi appuyés sur la période de deuil national d'un an, suite à la mort du roi Bhumibol Adulyadej.

Enfin, le départ en exil de l'ancienne Première ministre, Yingluck Shinawatra, pour échapper à des poursuites largement dénoncées comme politiques, semble avoir ouvert la voie à de nouvelles élections. Des élections qui pour de nombreux observateurs peuvent encore être reportées, car les annonces des militaires visent surtout à calmer les pressions internationales.

Chronologie et chiffres clés