rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Australie Sports Etats-Unis Jeux Olympiques

Publié le • Modifié le

Australie: le sprinter Peter Norman pourrait avoir un monument mémoriel

media
Peter Norman est l'athlète à gauche de Tommie Smith (c) et John Carlos (d) aux JO de Mexico en 1968. EPU / AFP

Un Australien est à l'honneur ce lundi 9 octobre, le sprinter Peter Norman qui avait soutenu sur le podium olympique de Mexico en 1968 le poing levé les athlètes afros américains Tommie Smith et John Carlos. Devenu paria dans son pays après ce geste, Norman a été peu à peu réhabilité. Une campagne a récemment été lancée pour la construction d'un monument à sa mémoire à Melbourne, sa ville natale. Mais c'est la fédération américaine d'athlétisme qui a officiellement fait du 9 octobre, jour de ses funérailles, la « Journée Peter Norman ».


Peter Norman c'est le troisième homme de l’une des photos les plus célèbres de l'histoire du sport. Cette photo montre les athlètes afros américains Tommie Smith et John Carlos, 1er et 3e du 200m, le poing levé ganté de noir pendant l’hymne américain. Ce geste de protestation contre la discrimination raciale plonge le stade dans le silence et leur vaudra une suspension de l'équipe nationale et une exclusion à vie des JO.

Sur la deuxième marche du podium, l'athlète australien Peter Norman affiche son soutien à Smith et Carlos en portant le badge d'un mouvement de lutte contre le racisme dans le milieu sportif.

Première réhabilitation en 2012

A l'époque, la ségrégation existe aussi en Australie, elle vise les aborigènes, et le geste de Peter Norman fait de lui un paria dans son pays. Malgré d’excellents chronos dans les sélections des JO de Munich, 4 ans plus tard, il est écarté de la compétition. Et lorsque Sydney organise les jeux de l’an 2000, ce sont les Américains qui l'invitent à participer à l'événement, les autorités sportives australiennes l'ayant ignoré.

Ce n’est qu’en 2012, six ans après sa mort, que l’athlète recevra des excuses posthumes de son pays à l’occasion d’un vote du Parlement australien.

Chronologie et chiffres clés