rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Intempéries: Swiss Re estime à 95 milliards de dollars les pertes assurées pour les ouragans dans les Caraïbes et les séismes au Mexique
  • Pérou: le congrès péruvien autorise à une large majorité l'utilisation du cannabis à fin thérapeutique

Indonésie Catastrophes naturelles

Publié le • Modifié le

[Reportage] Volcan Agung: «Nous sommes encore en phase d’apprentissage»

media
Le mont Agung. Pour les scientifiques, il y a toujours neuf chances sur dix qu'il entre très bientôt en éruption. AFP

Plus de 10 jours après l'annonce de l'état d'alerte maximale par les autorités indonésiennes et l'évacuation de près de 150 000 personnes, le volcan Agung de Bali n'est toujours pas entré en éruption. Pour tenter de comprendre pourquoi les choses prennent autant de temps, notre correspondant en Indonésie s'est rendu, dans le centre de vulcanologie du mont Agung, à quelques kilomètres du volcan.


Avec notre envoyé spécial à Bali, Joël Bronner

Pour rejoindre le centre de vulcanologie du mont Agung, il en coûtera un voyage au cœur de la carte postale balinaise : d'abord le long des temples et des rizières puis au sein d'une petite forêt tropicale du district de Karangasem, le plus proche du volcan.

Devi Kamil, 36 ans, est l'un des responsables du site. Sur son écran de contrôle, l'activité volcanique apparaît sans repos depuis 10 jours. « En ce moment même, vous pouvez voir qu'il y a de très nombreux tremblements de terre.  Cela signifie qu'à l'intérieur du volcan, le magma est en mouvement. S'il se rapproche davantage de la surface, une éruption prochaine ne sera que plus probable », explique le scientifique. 

Neuf chances sur dix

Ces séismes de faible intensité - entre 1 et 2 sur l'échelle de Richter - pourraient affaiblir la structure du volcan. Pour le scientifique, il y a toujours neuf chances sur dix qu'il entre très bientôt en éruption. Dans quelques heures ? Dans quelques semaines ? Impossible pourtant de le prédire.

« Pour Agung, la dernière éruption a eu lieu en 1963 et aucune mesure n'a été prise à l'époque, poursuit Devi Kamil. On ne sait donc pas avec certitude quels sont les signes avant-coureurs d'une éruption pour ce volcan particulier. Nous sommes en phase d'apprentissage. »

Pour inciter les personnes évacuées à la patience, Devi Kamil veut croire que cette attente de 10 jours déjà, correspond à une situation rarissime, qu'elles ne connaîtront qu'une fois dans leur vie.

Chronologie et chiffres clés