rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Birmanie

Publié le • Modifié le

Birmanie: dix ans après que reste-t-il de la «révolution safran» ?

media
La «révolution safran» est le nom donné à ce célèbre mouvement en référence à la couleur des robes des bonzes. Getty Images / Wolfgang Kaehler / Contributeur

C'était il y a dix ans. Des centaines de milliers de manifestants, dont beaucoup de moines bouddhistes étaient face aux mitraillettes des militaires dans la rue et à la répression féroce de l'armée. En Birmanie, le pays se soulevait en août et septembre 2007. Les manifestants protestaient contre la hausse des prix, ils réclamaient des réformes. Le mouvement a été écrasé par la junte militaire qui dirigeait alors le pays. Dix ans plus tard, qu'en reste-t-il ?


Avec notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

La chape de plomb s'est un peu fissurée, les Birmans ont pu commencer à s'exprimer. Voilà ce que le mouvement a apporté au pays, d'après U Pamdapimsa. Ce moine bouddhiste était un des dirigeants du mouvement de 2007, il a été arrêté, défroqué et emprisonné :

« Avant le soulèvement, personne ne pouvait parler de ce que faisaient les hommes politiques. On ne pouvait pas critiquer les décisions du ministre de la région de Rangoon, par exemple. Si une personne osait faire cela, elle était arrêtée, mais après le soulèvement, cela est devenu possible », explique le bonze.

En Birmanie, avant 2007, la politique était une activité dangereuse. Elle est devenue davantage accessible. « En 2007, une nouvelle génération [de militants] est apparue. La génération safran, j'en fais partie. Avec mes camarades nous avons pu former des syndicats étudiants dans tous les Etats de la Birmanie et toutes les universités et c'est bien », assure Sithu Aung, vice-président du principal syndicat étudiant en 2007.

Le mouvement de 2007 s'était fixé plusieurs objectifs : la libération des prisonniers politiques, la réconciliation nationale.

Aujourd'hui, le pays est secoué par des conflits ethniques et religieux de plus en plus violents. Plus de 420 000 Rohingyas musulmans ont été chassés de Birmanie depuis fin août.

► A lire aussi : Trois visages du terrible exode des Rohingyas

Chronologie et chiffres clés