rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Bangladesh Rohingyas Birmanie

Publié le • Modifié le

Bangladesh: l'armée va gérer l'aide aux réfugiés rohingyas dans le sud du pays

media
Distribution de vivres aux réfugiés rohingyas dans le camp Cox's Bazar au Bangladesh, le 20 septembre 2017. REUTERS/Cathal McNaughton

Les Rohingyas continuent de fuir les opérations de l’armée dans l’ouest de la Birmanie pour rejoindre le Bangladesh, où ils sont aujourd’hui plus de 420 000 à s’entasser de l’autre côté de la frontière dans des conditions extrêmement précaires. Ce mercredi, la Premier ministre du Bangladesh Sheikh Hasina a demandé à l’armée d’assumer un rôle plus large dans leurs opérations d’aide aux réfugiés.


De nouvelles troupes doivent être rapidement déployées près de la frontière, à Cox’s Bazar, où arrivent les réfugiés chassés de Birmanie. Jusqu’ici l’armée du Bangladesh était chargée de transporter l’aide étrangère de l’aéroport aux camps. Dorénavant, elle va aussi s’occuper de sa distribution, pour le moment assez chaotique –des réfugiés ont été piétinés-, l’aide était parfois lancée de camions encore en mouvement.

Les militaires vont aussi assurer la sécurité à Cox’s Bazar. Ils vont surtout construire de nouveaux abris pour les réfugiés, avec un système sanitaire fonctionnel. Le Bangladesh a annoncé qu’il allait mettre en place en dix jours un nouveau site censé accueillir 400 000 personnes. Pour le moment sur place peu de signes de construction. Plutôt des réfugiés qui se plaignent d’avoir été contraints de déménager alors qu’ils étaient enfin arrivés à acheter de quoi s’abriter. Les réfugiés ne savent pas où aller, alors que les pluies de mousson font craindre des glissements de terrain dans les camps.

De New York, la Première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina, qui intervient ce jeudi à la tribune de l’ONU, a de nouveau appelé la Birmanie à rapatrier les Rohingyas, déplorant que le pays ne réponde pas à ses appels, mais à la place «  dispose des mines antipersonnel le long de la frontière pour empêcher le retour des réfugiés ».

Chronologie et chiffres clés