rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Macron sur l'Allemagne: la France n'a «pas intérêt à ce que ça se crispe»
  • Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, attendu jeudi en Russie (Kremlin)
  • Dopage dans le cyclisme: Bernard Sainz, surnommé «docteur Mabuse», placé en garde à vue (proche enquête)
  • Ordonnances: pour Philippe Martinez (CGT), une cinquième manifestation contre la réforme du Code du travail n'est «pas exclue» (CNews)
  • Kenya: la Cour suprême rejette les recours à l'unanimité et valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
  • Environ 300 femmes et enfants de jihadistes étrangers capturés à Mossoul transférés vers Bagdad (responsable)
  • Etats-Unis: le tueur psychopathe américain Charles Manson est mort à l'âge de 83 ans (médias)
  • Migrations: la France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR (Ofpra)
  • Auchan s'allie au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine
  • La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini juge «très encourageantes» les discussions sur le retour des réfugiés rohingyas

ONU Birmanie Rohingyas

Publié le • Modifié le

Conseil de sécurité de l'ONU: sur les Rohingyas, des huis clos qui agacent

media
Pour les ONG, parler du sort de Rohingyas en privé équivaut à un «permis de tuer». REUTERS/Brendan McDermid

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir aujourd'hui sur la situation en Birmanie. Selon les derniers chiffres de l'organisation, 370 000 Rohingyas, une ethnie musulmane, ont dû fuir les violences et persécutions au Bangladesh voisin depuis la fin août. Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme a évoqué un « nettoyage ethnique en règle ». Et pourtant, le Conseil de sécurité se réunit à huis clos. Une position intenable pour les ONG.


Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

C'est la deuxième fois en deux semaines que le Conseil de sécurité se réunit sur la situation en Birmanie. A chaque fois, il s'agit de consultations privées, fermées à la presse. Pour Louis Charbonneau, de l'organisation Human Rights Watch (HRW), les diplomates envoient un message qui équivaut à un « permis de tuer ».

« Quand on parle de nettoyage ethnique de grande ampleur lors duquel un groupe ethnique est déporté d'un Etat entier, qu'est ce qui justifie que la situation en Birmanie soit abordée du bout des lèvres ? » La réponse est évidemment la Chine, premier partenaire commercial de la Birmanie. Pékin a tout fait pour éviter que le sujet ne se retrouve à l'agenda du Conseil de sécurité.

Les ONG montent donc au créneau pour demander des actions concrètes. « Ce que nous aimerions à Human Rights Watch, c'est que le Conseil de sécurité menace de sanctions, gel des avoirs, interdiction de voyager, embargo sur les armes, poursuit Louis Charbonneau. Nous avons entendu des diplomates que ça pourrait fragiliser Aung San Suu Kyi mais franchement Aung San Suu Kyi a été transparente. Elle n'a rien dit. »

Absence d'Aung San Suu Kyi

A quelques jours du début de l'Assemblée générale, la Birmanie pourrait devenir le sujet de discussion. Aung San Suu Kyi, qui avait annoncé sa présence, a finalement renoncé face au tollé international. Elle sera représentée par son second vice-président.

Chronologie et chiffres clés