rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Macron sur l'Allemagne: la France n'a «pas intérêt à ce que ça se crispe»
  • Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, attendu jeudi en Russie (Kremlin)
  • Dopage dans le cyclisme: Bernard Sainz, surnommé «docteur Mabuse», placé en garde à vue (proche enquête)
  • Ordonnances: pour Philippe Martinez (CGT), une cinquième manifestation contre la réforme du Code du travail n'est «pas exclue» (CNews)
  • Kenya: la Cour suprême rejette les recours à l'unanimité et valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
  • Environ 300 femmes et enfants de jihadistes étrangers capturés à Mossoul transférés vers Bagdad (responsable)
  • Etats-Unis: le tueur psychopathe américain Charles Manson est mort à l'âge de 83 ans (médias)
  • Migrations: la France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR (Ofpra)
  • Auchan s'allie au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine
  • La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini juge «très encourageantes» les discussions sur le retour des réfugiés rohingyas

Corée du Nord ONU Pétrole Etats-Unis Chine Russie

Publié le • Modifié le

Corée du Nord: sanctions atténuées en vue à l'ONU

media
Le Conseil de sécurité de l'ONU se prononcera ce lundi 11 septembre sur de nouvelles sanctions infligées à la Corée du Nord. Denis Balibouse/Reuters

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit ce lundi 11 septembre pour voter de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord. Elles répondent au 6e essai nucléaire mené par Pyongyang le 3 septembre, qui témoigne des progrès considérables dans du programme d'armement nord-coréen. Les Etats-Unis ont réagi en préparant immédiatement un projet de résolution prévoyant des sanctions d'une sévérité sans précédent, mais le contenu du texte qui sera présenté ce lundi soir a finalement été atténué, sans doute pour éviter que la Chine ou la Russie n'y opposent leur véto.


La version présentée par Washington prévoyait un embargo pétrolier, une suspension des exportations textiles, le gel des avoirs de la compagnie aérienne nationale, mais également des avoirs de Kim Jong-un à l'étranger.

Le texte privait aussi le leader nord-coréen de visas pour ses déplacements, comme plusieurs autres hauts responsables du régime. Enfin, il était question d'interdire tout commerce avec les travailleurs nord-coréens détachés à l'étranger par le régime.

Après discussions, la nouvelle version confirme le gel des exportations textiles, qui sont le deuxième secteur d'exportation du pays. Mais sur quasiment tous les autres points, les sanctions ont été revues à la baisse.

Plus question d'embargo pétrolier

Kim Jong-un ne serait plus sur liste noire. Concernant les 60 000 à 100 000 travailleurs détachés, il n'est plus question d'interdire le versement de leur salaire mais leur nombre serait plafonné au niveau actuel.

Surtout, il n'est plus question d'embargo pétrolier, mais les plafonds d'importation de produits pétroliers et gazeux seraient revus. Rappelons que la Chine fournit à Pyongyang la quasi totalité de son pétrole. Pékin a toutefois estimé qu'une réponse au dernier essai nucléaire était nécessaire.

Les dernières sanctions contre Pyongyang remontent seulement au 5 août dernier. En une dizaine d'années, le Conseil de sécurité a adopté huit trains de mesures financières et diplomatiques contre la Corée du Nord.

Chronologie et chiffres clés