rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Corée du Sud Etats-Unis Défense Corée du Nord

Publié le • Modifié le

Corée du Sud: le système anti-missile THAAD déployé sous les protestations

media
Déploiement agité pour ces éléments du dispositif anti-missile américain THAAD en Corée du Sud. Seongju, le 7 septembre 2017. Min Gyeong-seok/News1 via REUTERS

La Corée du Sud a achevé, jeudi 7 septembre 2017 au soir, le déploiement sur son territoire d'une batterie complète du système anti-missiles américain THAAD (Terminal High-Altitude Area Defense). Un matériel jugé nécessaire, en raison de l'aggravation de la menace nord-coréenne, mais qui provoque de vives protestations de la Chine voisine, et de violentes protestations en Corée du Sud.


Avec notre correspondant à Séoul,  Frédéric Ojardias

Les affrontements ont duré toute une nuit. Cinq cents militants ont dressé des barricades à l'aide de camions et de tracteurs, pour bloquer le passage du convoi militaire américain amenant les quatre lance-missiles jusqu'à leur destination : le terrain de golf de Seongju, au sud-est de la Corée du Sud.

Dans une ambiance particulièrement agitée, sous les cris de protestataires, quelque 8 000 policiers en tenue anti-émeute ont finalement réussi à dégager la route vers 7 h du matin jeudi 7 septembre. Une trentaine de personnes au total ont été blessées, selon le quotidien Joongang.

Le THAAD à Seongju, jeudi 7 septembre 2017. Lee Jong-hyeon/News1 via REUTERS

« Une décision difficile mais inévitable »

L'installation très controversée de ce bouclier avait été retardée par le président sud-coréen Moon Jae-in, qui avait évoqué des raisons environnementales.

Mais en juillet, la Corée du Nord a procédé à deux tirs de missile intercontinental, et a mené dimanche son sixième essai nucléaire.

L'installation du THAAD est « une décision difficile mais inévitable », a conclu le Premier ministre Lee Nak-yeon. Une décision qui provoque la fureur de la Chine voisine, qui s'estime visée par les puissants radars du système. Pékin a déjà mis en place des mesures de rétorsion économique visant Séoul, et a de nouveau exigé jeudi le retrait du bouclier.

→ À relire : L'entente entre Séoul et Washington à l'épreuve de la menace nord-coréenne

Chronologie et chiffres clés