rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Macron sur l'Allemagne: la France n'a «pas intérêt à ce que ça se crispe»
  • Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, attendu jeudi en Russie (Kremlin)
  • Dopage dans le cyclisme: Bernard Sainz, surnommé «docteur Mabuse», placé en garde à vue (proche enquête)
  • Ordonnances: pour Philippe Martinez (CGT), une cinquième manifestation contre la réforme du Code du travail n'est «pas exclue» (CNews)
  • Kenya: la Cour suprême rejette les recours à l'unanimité et valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
  • Environ 300 femmes et enfants de jihadistes étrangers capturés à Mossoul transférés vers Bagdad (responsable)
  • Etats-Unis: le tueur psychopathe américain Charles Manson est mort à l'âge de 83 ans (médias)
  • Migrations: la France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR (Ofpra)
  • Auchan s'allie au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine
  • La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini juge «très encourageantes» les discussions sur le retour des réfugiés rohingyas

ONU Corée du Nord

Publié le • Modifié le

Corée du Nord: l'ONU discute de nouvelles sanctions contre le régime

media
(Photo d'illustration) Ici, le Conseil de sécurité de l'ONU, le 23 décembre 2016, à New York. Manuel ELIAS / SC Chamber / AFP

Le dossier nord-coréen va revenir à l'ONU dans les tout prochains jours. Les diplomates négocient actuellement une résolution avec des sanctions très radicales visant le régime nord-coréen. Washington espère voter le 11 septembre prochain un embargo total. Le texte, porté par les Etats-Unis, est soutenu par ses partenaires occidentaux, mais les Chinois et les Russes, qui disposent d'un droit de veto, ne se sont pas encore clairement prononcés.


Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

Nikki Haley, l'ambassadrice américaine avait prévenu : pas question de prendre des demi-mesures. Elle a tenu parole, le projet de résolution présenté aux 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU a le potentiel d'étrangler économiquement Pyongyang.

Washington souhaite ainsi interdire toute exportation de pétrole ou de produits pétroliers vers la Corée du Nord. Les expatriés nord-coréens qui représenteraient une force de 60 à 100 000 travailleurs seraient sommés de rentrer chez eux. Les exportations de textiles qui représentent la deuxième source de revenus pour Pyongyang seraient elles aussi interdites.

La Chine plus frileuse

Les Américains veulent donc frapper très fort, mais le texte en l'état paraît difficilement acceptable pour les Chinois qui veulent éviter à tout prix l'effondrement économique de la Corée du Nord.

Pékin estime qu'une action du Conseil de sécurité est nécessaire, mais que les sanctions ne règleront pas le problème.

La Russie, par la voix de Vladimir Poutine, soutient quant à elle toujours la reprise des pourparlers de paix. L'administration Trump devra nécessairement faire des concessions pour une action unanime du Conseil de sécurité.

Chronologie et chiffres clés