rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

BRICS Chine Inde Afrique du Sud Russie Brésil

Publié le • Modifié le

Le sommet des Brics s’ouvre en Chine dans un contexte économique morose

media
Patrouille de la police paramilitaire chinoise à Xiamen en amont du sommet des Brics, le 2 septembre 2017. REUTERS/Tyrone Siu

Croissance stagnante, montée du protectionnisme, c'est dans un contexte économique plutôt morose que la Chine accueillera ce dimanche 3 septembre le sommet des Brics qui réunira pendant trois jours les chefs d'Etat et de gouvernement de cinq nations émergentes : la Chine, l'Inde, la Russie, le Brésil et l'Afrique du Sud. C'est le chef de l'Etat chinois Xi Jinping qui présidera la cérémonie d'ouverture dans la ville portuaire de Xiamen.


Avec notre correspondant à Pékin,  Heike Schmidt

A sept semaines d'un congrès du parti crucial pour décrocher un nouveau mandat, Xi Jinping ne se privera pas du plaisir d'enfiler sa casquette préférée, celle du maître incontesté d'une Chine forte, apôtre de la mondialisation.

Les dirigeants des cinq nations réunis à Xiamen représentent 40% de la planète et contribuent à hauteur de 50% à la croissance mondiale, avec comme locomotive l'Inde et la Chine.

C'est d'ailleurs vers les dirigeants de ces deux pays que tous les yeux se tourneront. L'Indien Modi et le Chinois Xi sont-ils prêts à tirer un trait sous le conflit frontalier qui a empoisonné leurs relations pendant deux mois ?

Autre question : quelles recettes adopteront les cinq pour relancer leurs économies ? Le Brésil cherche désespérément des investisseurs, l'Afrique du Sud est en récession, la Russie souffre d'un embargo international et ni l'Inde ni la Chine ne brillent par une croissance folle. Le sommet de Xiamen doit donc ouvrir de nouvelles voies de développement, surtout pour les entreprises chinoises.


A la recherche d’un nouveau souffle

Avant la crise de 2008, les Brics affichaient tous une croissance insolente et ne cachaient pas leur ambition de mettre un terme à la domination politique et économique occidentale. Et cela en constituant un groupe fort de pays émergents, nouveau pôle de puissance économique et diplomatique.

Mais la crise est passée par là et leur croissance n'est plus ce qu'elle était. Seules l'Inde et la Chine limitent les dégâts. Pendant ce temps, les systèmes politiques ont divergé entre le Brésil, l'Inde d'un côté, la Chine et la Russie de l'autre. Les rivalités entre les membres du groupe et les intérêts parfois contradictoires se sont exacerbées.

Mais à l'inverse la politique protectionniste de Donald Trump aux Etats-Unis est de nature à resserrer les rangs des Brics. La Chine entend bien profiter du vide ainsi créé pour prendre la tête de la mondialisation économique.

A la recherche d'un nouveau souffle, les Brics se cherchent de nouveaux alliés. L'hôte chinois a invité le Mexique, l'Egypte et la Thaïlande des pays à fort potentiel, à se joindre à ce neuvième sommet des pays émergents.
RFI

Chronologie et chiffres clés