rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Japon Nucléaire séisme tsunami et catastrophe nucléaire au Japon

Publié le • Modifié le

Fukushima: 157 secouristes américains poursuivent l’opérateur Tepco

media
Un travailleur contrôlé, avant d'entrer dans le centre des opérations d'urgence de Tepco à Fukushima, en février 2012, près d'un an après la catastrophe. REUTERS/Issei Kato

La compagnie d'électricité japonaise Tepco a indiqué jeudi être l'objet de poursuites de la part de 157 Américains qui ont participé à des opérations de secours après le tsunami de 2011 et disent avoir été irradiés à cause de l'accident nucléaire de Fukushima.


Les plaignants, essentiellement des militaires américains intervenus dans la zone sinistrée autour de Fukushima, réclament la création d'un fonds d'indemnisation d'une somme totale de 5 milliards de dollars, pour couvrir les frais médicaux découlant des dommages physiques, moraux et financiers qu'ils disent avoir subis.

Les Américains concernés, qui sont passés au large de Fukushima à bord d'un porte-avions américain, ont participé à des interventions pour secourir des habitants de la région du Tohoku (nord-est) après le tsunami du 11 mars 2011 qui a provoqué la mort de plus de 18 500 personnes.

Aucun décès n'a officiellement été attribué aux radiations.

Une précédente plainte en 2013

Les plaignants poursuivent Tepco car ils estiment que l'accident nucléaire est dû à « un défaut de conception, construction et maintenance de la centrale Fukushima Daiichi » à l'origine des maux dont ils souffrent.

« Si nous recevons une notification officielle de cette plainte (déposée devant un tribunal de Californie), nous étudierons les arguments et demandes des plaignants et y répondrons de façon appropriée », a écrit Tokyo Electric Power (Tepco), dans un communiqué.

« L'impact éventuel sur nos comptes ne peut pas à l'heure actuelle être évalué, mais nous ferons part en temps voulu de tout élément devant être publié », a ajouté la compagnie.

Une plainte similaire avait déjà été déposée en 2013. Les nouveaux plaignants souhaitent une fusion de ces deux dossiers.

(avec AFP)