rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chine Internet Femmes

Publié le • Modifié le

Chine: Liu Xia est «forcée de faire des vidéos» d’après un dissident

media
Liu Xia tient une photo de son époux Liu Xiaobo lors de ses funérailles à Shenyang, le 15 juillet 2017. Depuis, personne n'a eu de contact direct avec elle. Shenyang Municipal Information Office/via REUTERS

Cinq semaines sont passées depuis la mort du prix Nobel chinois Liu Xiaobo, le 13 juillet 2017. Depuis ses funérailles, sa veuve Liu Xia n’avait donné aucun signe de vie. Selon son avocat, elle est gardée au secret par les autorités chinoises. Une surveillance illégale puisque aucune charge ne pèse contre la photographe et poétesse. Le week-end du 19 août, deux vidéos d’elle sont apparus sur les réseaux sociaux. Mais son ami, le dissident et militant des droits de l’homme Hu Jia, en est convaincu : Liu Xia a dû enregistrer ces vidéos sous la contrainte.


La veuve du prix Nobel de la paix chinois Liu Xiaobo, décédé le 13 juillet 2017, est réapparue dans deux vidéos publiées sur internet, un premier signe de vie après des semaines sans nouvelles.

Liu Xia, 56 ans, avait été vue pour la dernière fois sur des images diffusées le 15 juillet par les autorités communistes. Elles la montraient assister aux obsèques du dissident, mort deux jours plus tôt d'un cancer du foie.

« Je suis en convalescence en province à l'extérieur de Pékin. Je vous demande de me laisser du temps pour faire mon deuil », déclare Mme Liu dans la première, une vidéo d'une minute mise en ligne vendredi 18 août 2017 sur YouTube. L'auteur, le lieu et la date de tournage des images ne sont pas précisés.

« Calmer l'opinion internationale »

Son ami le dissident Hu Jia, Prix Sakharov 2008, se dit, au micro de notre correspondante Heike Schmidt, « convaincu qu’elle a été forcée de faire des vidéos. Elles n’ont pas été diffusées avec son consentement. Ce n’est pas elle qui refuse le contact avec le monde extérieur ».

Pour lui, pas de doute, « ce sont les autorités qui ont diffusé ces vidéos au contenu contradictoire. Dans l’un, elle est triste et dit qu’elle a besoin de temps pour guérir. Dans l’autre, elle a l’air contente et détendue ». Hu Jia y voit une tentative du pouvoir de « calmer l’opinion internationale en faisant croire que Liu Xia est libre et en sécurité. L’objectif est d’éviter toute intervention diplomatique et toute pression des médias étrangers ainsi que des organisations de défense des droits de l’homme ».

Le dissident affirme que « les autorités ont dit aux diplomates que le sujet Liu Xia était tabou avant le 19ème congrès du Parti communiste et qu’il s’agit d’une affaire intérieure. Liu Xia est gardée à l’écart du monde. Les autorités l’ont muselé pour qu’aucune voix discordante n’émerge avant le congrès du parti ». Il appelle la Chine à laisser Lu Xia « quitter la Chine, pour qu’elle ne subisse plus cette pression et qu’elle puisse vivre entourée de ses amis, aux Etats-Unis ou en Allemagne ».

Chronologie et chiffres clés