rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Cambodge Laos

Publié le • Modifié le

Poussée de fièvre à la frontière entre le Cambodge et le Laos

media
Le Premier ministre cambodgien Hu Sen, le 19 mars 2017 à Phnom Penh. REUTERS/Samrang Pring/File Photo

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen a lancé vendredi un ultimatum au Laos voisin pour qu'il retire une trentaine de soldats déployés de « son » côté de la frontière, une incursion qualifiée d'invasion par l'homme fort de Phnom Penh. Hun Sen doit rencontrer ce samedi à Vientiane son homologue laotien Thongloun Sisoulith pour tenter de trouver une solution diplomatique et éviter l'usage de la force.


Le Laos a jusqu'au 17 août pour retirer ses troupes du territoire cambodgien, au-delà de cette date, l'armée cambodgienne se tient prête à intervenir. Le Premier ministre Hun Sen a même précisé que ses soldats étaient équipés de lance-roquettes. Si les termes utilisés pour décrire le contentieux sont graves, Hun Sen n'hésite pas à parler d'invasion, Phnom Penh espère encore résoudre le conflit par le dialogue, en témoigne la rencontre avec son homologue laotien ce samedi dans la capitale Vientiane.

L'incident remonte au mois d'avril lorsqu'une trentaine de soldats laotiens ont pénétré dans un no man's land dans la province de Stung Treng dans le nord-est du Cambodge. A l'origine, ils voulaient empêcher la construction d'une route sur ce territoire revendiqué par Phnom Penh. Les deux pays partagent une frontière de 540 kilomètres, et certaines parties ne sont toujours pas clairement délimitées. Les travaux de construction ont finalement bien cessé, mais les militaires laotiens ne se sont jamais retirés de la zone, malgré les nombreuses demandes côté cambodgien.

→ Relire: L’Asean, 50 ans et une «conscience régionale» davantage qu’une identité