rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Espagne: réquisitoire du président du Parlement européen contre «ceux qui sèment la discorde»
  • Loi El Khomri: le Conseil constitutionnel censure partiellement le référendum d'entreprise
  • France: l'Assemblée vote la transformation de l'ISF en impôt sur la seule fortune immobilière

Commerce et distribution Inde Questions sociales

Publié le • Modifié le

Inde: une grève dans les plantations provoque une pénurie de thé Darjeeling

media
Un manifestant affronte la police durant une grève au village de Sukna, dans le district de Darjeeling, le 29 juillet 2017. Diptendu DUTTA / AFP

Une grève d'une ampleur inédite est en cours depuis près de deux mois dans les plantations de thé de Darjeeling, au nord-est de l'Inde. Dans cette zone montagneuse, un groupe représentant l'ethnie minoritaire des Gorkhas réclame la création de leur propre Etat au sein de la fédération indienne, et ce mouvement est suivi par les cueilleurs des plantations, qui travaillent dans des conditions misérables. Résultat : l'un des thés les plus recherchés au monde a disparu des marchés.


Avec notre correspondant à New DelhiSébastien Farcis

Tout a commencé avec les protestations du groupe ethnique minoritaire des Gorkhas, qui réclament depuis longtemps la création de leur propre Etat au sein de la fédération indienne.

Des manifestations violentes ont enflammé le mouvement dans ces montagnes du nord-est du pays, et le 9 juin dernier, 25 syndicats de travailleurs des plantations ont décidé de rallier cette grogne pour réclamer l'application de leur salaire minimum.

Le thé de Darjeeling a beau être l'un des plus appréciés et recherchés sur les marchés mondiaux, les personnes qui cueillent ses feuilles vivent et travaillent dans des conditions moyenâgeuses : ils sont payés parfois 1,20 euro la journée, les maisons qui sont fournies dans les plantations sont dans des états pitoyables et leurs enfants souvent forcés de participer pour augmenter leurs revenus.

Après plus de 50 jours sans récolte, les conséquences sont dramatiques pour l'industrie ; plus aucun thé n'est exporté et il est peu probable qu'il y ait de nouvelle récolte cette année. Une situation inédite depuis des décennies.

Chronologie et chiffres clés