rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Inde Climat Environnement Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

Inde: les particules ultra fines plombent l'atmosphère à New Delhi

media
Un policier au milieu de la circulation de New Delhi porte un masque pour se protéger de la pollution. REUTERS/Adnan Abidi

On connaissait les particules fines de moins de 2,5 microns, voici maintenant que les autorités indiennes s'inquiètent de l'augmentation de la concentration de particules encore plus fines, de moins d'un micron de diamètre. Une étude menée pendant un an révèle cette évolution et alerte sur leur danger sanitaire. Parmi les responsables potentiels de leur émission: les véhicules au diesel.


Ces particules ultra fines mesurent moins de 1 micron, soit un millième de millimètre, ce qui leur permet de rentrer plus profondément dans l'organisme, par les voies respiratoires, et en particulier les poumons. Pour Jean-Philippe Santoni, pneumologue, les alvéoles pulmonaires, des « petits sacs dans lesquels se font les échanges entre l’air et le sang » sont particuièrement menacées. « Ça peut aggraver des crises d’asthme, ça peut créer ou aggraver des pathologies de type fibrose pulmonaire, et puis au niveau du sang ces particules vont créer ou aggraver des maladies cardiovasculaires, parce qu’elles vont faciliter la survenue de caillots. Donc on risque d’avoir des accidents vasculaires cérébraux aggravés par l’inhalation de ces particules fines ».

Mais faute de mesures adéquates, aucun seuil sanitaire international n'a encore été établi pour ces particules ultra fines, à la différence des autres particules.

Le diesel, un des responsables possible

L'étude de l'organisme indien de météorologie a été menée pendant un an à New Delhi et Bombay, et relève des niveaux relativement élevés, rapporte notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis. Surtout, ceux-ci ne changent quasiment pas en fonction des saisons, contrairement à la concentration en particules de 2,5 microns, qui elle augmente dans la capitale avec les fumées agricoles de l'automne ou les poussières de construction du printemps.

Selon une spécialiste du sujet, cette stabilité confirme que les véhicules sont responsables de ces émissions, surtout ceux fonctionnant au diesel. Cette pollution pourrait baisser après l'instauration d'un carburant plus raffiné à partir de 2020, mais d'ici là, près de 2 millions de nouveaux véhicules devraient rouler sur les routes de New Delhi.

Nous avons à Paris des particules fines et ultra fines métalliques qu'on trouve dans les tunnels du métro et du RER. De façon générale les villes européennes sont moins polluées que les villes en Inde...
Jean-Philippe Santoni: en Inde, il y a beaucoup de pollution souffrée d'origine industrielle, alors qu'elle est moindre en Europe 02/08/2017 - par Christine Siebert Écouter

Chronologie et chiffres clés