rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Zimbabwe: édition spéciale sur RFI entre 8h30 et 9h (heure de Paris)
  • Etats-Unis: le tueur psychopathe américain Charles Manson est mort à l'âge de 83 ans (médias)
  • Migrations: la France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR (Ofpra)
  • Auchan s'allie au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine
  • La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini juge «très encourageantes» les discussions sur le retour des réfugiés rohingyas

Chine

Publié le • Modifié le

A Hong Kong, des milliers de personnes rendent un dernier hommage à Liu Xiaobo

media
Des milliers de manifestants participent à la marche en mémoire de Liu Xiaobo, le 15 juillet 2017 à Hong Kong. REUTERS/Bobby Yip

A Hong Kong, seul territoire du sol chinois où règne une certaine liberté d'expression, une marche pour Liu Xiaobo a eu lieu ce samedi soir 15 juillet. Le dissident et prix Nobel de la Paix a marqué et inspiré toute la génération qui a connu le massacre de Tiananmen.


Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy

Parapluie dans une main et bougie dans l'autre, ils étaient plusieurs milliers de Hongkongais à avoir renoncé à leurs activités normales d'un samedi soir pour venir rendre un dernier hommage au prix Nobel de la paix chinois Liu Xiaobo, décédé jeudi soir. Le cortège s'est égrené en silence, à la nuit tombante, sur le parcours d'environ 2 km qui allait de Chater Garden jusqu'au Bureau de liaison chinois.

Mais à peine une demi-heure après le début de la marche, un incident a failli dégénérer. La police a arrêté un homme qui avait mis le drapeau chinois à l'envers au bout d'un bambou qu'il brandissait. Sur son drapeau partiellement brûlé, il avait écrit en caractères noirs : « la Chine est un pays fasciste qui a tué Liu Xiaobo ».

Mais le cortège a vite retrouvé sa solennité. A l'approche du Bureau de liaison chinois, la police n'a plus permis qu'à des groupes d'environ dix personnes de passer à tour de rôle pour s'incliner à trois reprises devant un autel sur lequel le portrait de Liu Xiaobo et des gerbes de fleurs étaient posés.

→(Re)lire : Cinq questions pour comprendre Hong Kong

Chronologie et chiffres clés