rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chine criminalité Terrorisme

Publié le • Modifié le

Chine: la piste criminelle privilégiée dans l'explosion de Fengxian

media
La sécuritée déployée autour de la scène de l'explosion à Fengxia dans le sud-est de la Chine. REUTERS/Aly Song

En Chine, la police évoque ce vendredi 16 juin la piste criminelle au lendemain de l'explosion qui a tué huit personnes devant une maternelle dans la petite ville de Fengxian, à l'est du pays. La déflagration a fait également 65 blessés. L'explosion aurait été provoquée par une bombe artisanale construite par un jeune homme d'une vingtaine d'années.


De notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

Comme d’autres parents, Song Lili attendait son enfant devant l’école de la ville de Fengxian, lorsque la bombe a explosé : « C’était l’heure de la sortie des classes. La porte de l’école venait de s’ouvrir, mais les enfants n’étaient pas encore sortis. A ce moment, j'ai perdu conaissance. Lorsque j’ai repris conscience, les ambulances étaient déjà arrivées. Mais je n’ai pas vu ce qui s’est passé. »

Les premiers éléments de l’enquête indiquent qu’un homme de 22 ans est à l’origine de ce drame. Un malade mental qui aurait fabriqué une bombe artisanale. Dans son appartement, la police a retrouvé des explosifs et cette inscription sur le mur : « Anéantir. Mourir. » L’homme a été tué lors de la déflagration.

Allongée sur son lit d’hôpital, Wang Pingli revient sur les évènements, devant les caméras de la télévision d’Etat: « J’attendais les enfants, lorsque tout à coup, j’ai entendu une explosion. Je ne voyais rien, mais j’avais peur ! Derrière moi, les gens sont tombés par terre. J’étais sous le choc. »

Le ministre de la Sécurité publique a ordonné des contrôles renforcés dans des lieux fortement fréquentés. Déjà en janvier, un homme avait poignardé 11 élèves d’une école maternelle, faisant trois blessés graves.

Chronologie et chiffres clés