rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Laos Droits de l’homme

Publié le • Modifié le

Laos: lourdes peines de prison pour trois opposants

media
Vue aérienne du nord de Vientiane, la capitale du Laos. Source: Wikipédia; photo: (CC) Jean-Pierre Dalbéra

Au Laos, trois opposants au régime communiste ont été condamnés à des peines allant jusqu'à 20 ans de prison a annoncé mardi 16 mai la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH). Les trois trentenaires, travailleurs économiques en Thaïlande, s'étaient fait remarquer en publiant des commentaires critiques sur la corruption des autorités laotiennes et en participant à des manifestations devant l'ambassade laotienne à Bangkok, indique la FIDH. Ils avaient été interpellés à leur retour au Laos fin mars 2016 et étaient détenus au secret depuis plus d'un an dans l'attente de leur procès. Pour Andrea Giorgetta, de la FIDH à Bangkok, ces condamnations faites dans l'opacité la plus totale illustrent parfaitement comment le gouvernement laotien écrase toute forme d’opposition.


Le gouvernement a maintenu la paix et la sécurité à un prix très élevé : les Laotiens sont privés de droits élémentaires, ils n'ont pas le droit de manifester pacifiquement, de s’exprimer librement, ni de créer des associations. L’image qu’on a du Laos est celle d’un pays tranquille, sans problèmes, mais la réalité est tout autre. Les gens ont tout simplement peur de parler, de critiquer les autorités ou d’évoquer des sujets liés aux droits de l’homme. Il y a eu la disparition du militant Sombath Somphone en 2012, et aujourd’hui on a la très lourde condamnation de ces trois opposants. Les gens vont y réfléchir à deux fois avant d’exprimer une opinion sur le gouvernement, que ce soit sur internet ou ailleurs. Pour Sombath Somphone, presque 5 ans plus tard, l’enquête - comme disent les autorités - n’a toujours pas permis de déterminer ce qui lui est arrivé. Le gouvernement manipule habilement l'opinion étrangère en promettant de défendre les droits humains, mais ce qui l'intéresse c'est d’attirer l’aide au développement et les investissements, pas du tout de faire des réformes démocratiques.
Les droits de l'homme malmenés au Laos Andrea Giorgetta, responsable du bureau Asie-Asie du sud-est de la FIDH 17/05/2017 - par Juliette Gheerbrant Écouter