rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Russie: la banque centrale du pays renfloue Promsviazbank, neuvième banque russe
  • Industrie: LafargeHolcim va réorganiser la structure de sa direction
  • Airbus: le président exécutif Tom Enders ne va pas renouveler son mandat en 2019

Sri Lanka Pauvreté Environnement

Publié le • Modifié le

Sri Lanka: une décharge s’effondre sur des bidonvilles, le bilan s’alourdit

media
Un habitant d'un des bidonvilles qui entourent la décharge à ciel ouvert récupère quelque biens après l'effondrement de sa maison. REUTERS/Dinuka Liyanawatte

Les sauveteurs sont toujours à la recherche de survivants au Sri Lanka après l’effondrement d’une pile d’ordures survenu vendredi dernier 14 avril dans une décharge aux environs de Colombo, la capitale du pays. Le bilan provisoire fait état d’au moins 31 morts, cinq personnes sont toujours portées disparues.


Les recherches continuent alors que se pose désormais la question de la répartition des ordures dans la ville de Colombo. Le Premier ministre sri-lankais a promis de fermer la décharge de Kolonnawa et acté le transfert d’une partie des ordures vers d’autres sites. Ce qui a provoqué la colère des habitants de Kotikawatta, une autre décharge de la capitale sri lankaise.

Vendredi, c’est une montagne haute de 91 mètres qui s’est effondrée à Colombo, soit l’équivalent d’un immeuble d’une trentaine d’étages : 91 mètres d’ordures accumulées au fil des années dans la décharge de Kolonnawa, située à 4 km de la capitale.

Des pluies torrentielles et un incendie seraient à l’origine de la chute qui a enseveli plusieurs bidonvilles alentour, forçant l’évacuation et le relogement de milliers d’habitants.

Chaque jour, plus de 800 tonnes de déchets rejoignent les 23 millions de tonnes d’ordures déjà amassés à Kolonnawa. La décharge accueille les détritus de la capitale sri lankaise et ses 5 millions d’habitants.

Les riverains n’ont eu de cesse de dénoncer les effets néfastes sur l’environnement de cette décharge à ciel ouvert. Il y a quelques années déjà, un éboulement avait détruit une vingtaine d’habitations.