rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: un général russe tué lors d'un bombardement du groupe EI près de Deir Ezzor (agences)
  • Sénégal: le nouveau khalife des Tidjanes, Serigne Mbaye Sy Mansour, remplace le khalife Al Amine décédé vendredi
  • Irak/Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui pour l'achat de pétrole (médias d'Etat)

Pakistan Etats-Unis Donald Trump Nawaz Sharif

Publié le • Modifié le

Visite surprise au Pakistan du général américain McMaster

media
En provenance de Kaboul, le général McMaster (ici en mars 2017 au Pentagone) a fait une escale impromptue à Islamabad. NICHOLAS KAMM / AFP

Le conseiller à la sécurité de Donald Trump a profité d'une visite en Afghanistan voisin pour organiser une escale à Islamabad. C'est la première visite dans le pays d'un responsable américain d'un tel niveau depuis l'élection de Donald Trump.


Avec notre correspondant à Islamabad,  Michel Picard

En provenance de Kaboul, le général McMaster a fait une escale impromptue à Islamabad. Quelques heures après avoir évoqué un Pakistan peu fiable dans sa lutte contre le terrorisme, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump a lancé un avertissement on ne peut plus clair aux militaires pakistanais. Il faut en finir avec la distinction effectuée en coulisse à Islamabad entre mauvais et bons talibans. Les bons faisant référence aux talibans afghans et les mauvais à ceux qui agissent en territoire pakistanais.

Le Pakistan, a martelé le général McMaster, doit en faire davantage dans la lutte contre les groupes extrémistes sans établir une quelconque hiérarchie et en combattant le terrorisme sous toutes ses formes.

L'envoyé spécial américain a ensuite vanté le développement économique et démocratique du Pakistan. Et lors de sa rencontre avec le Premier ministre Nawaz Sharif, il a laissé entendre qu'à l'avenir les centaines de millions d'euros d'aide militaire annuelle pourraient être conditionnés à des résultats tangibles dans la lutte contre les groupes extrémistes. De son côté, le chef du gouvernement a insisté pour que Washington joue un rôle de médiateur entre l'Inde et le Pakistan.

On est devant une situation qui est assez grave pour des Américains…
Analyse de Karim Pakzad, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques 17/04/2017 - par Jelena Tomic Écouter

 

Chronologie et chiffres clés