rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Cambodge Justice

Publié le • Modifié le

Cambodge: l'assassin du politologue Kem Ley condamné à la prison à perpétuité

media
Le portrait de Kem Ley lors d'une procession funéraire en son honeur, à Phnom Penh, le 24 juillet. REUTERS/Samrang Pring/File Photo

La justice cambodgienne a condamné jeudi 23 mars un ancien soldat à la prison à vie. Il a été jugé coupable de l'assassinat de Kem Ley, voix démocrate, dont le meurtre a choqué le pays en pleine crise politique.


Ce célèbre politologue connu notamment pour ses critiques du Premier ministre Hun Sen avait été abattu dans un café de Phnom Penh, la capitale cambodgienne, en plein jour, en juillet 2016. Des dizaines de milliers de personnes s'étaient pressées à son enterrement.

Celui qui se présente sous son nom de soldat Chuob Samlab, ce qui signifie « rencontre mortelle » en khmer, a été « condamné à la prison à vie pour meurtre avec préméditation », a annoncé le juge. Chuob Samlab a reconnu le crime et affirmé que Kem Ley lui devait de l'argent.

Une explication remise en cause par sa propre femme, qui avait affirmé après son arrestation qu'il était trop pauvre pour prêter de l'argent à quiconque. Et la veuve de la victime a affirmé que son époux n'avait jamais emprunté de sa vie.

Le verdict n'a pas convaincu les proches du politologue, qui sont persuadés que le motif du meurtre est politique. Les jours précédant son assassinat, Kem Ley avait multiplié les interviews pour commenter un rapport affirmant que la famille du Premier ministre Hun Sen avait fait main basse sur l'économie du pays.

Ces dernières années, plusieurs défenseurs des droits de l'homme ou syndicalistes ont été tués au Cambodge et le climat politique est très tendu dans ce pays d'Asie du Sud-Est gouverné depuis plus de 31 ans par l'inamovible Premier ministre Hun Sen.

Des dizaines de milliers de personnes assistent au cortège funèbre de Kem Ley, à Phnom Penh le 24 juillet 2016. REUTERS/Samrang Pring

A (re)lire → Les Cambodgiens dénoncent l'assassinat d'un commentateur critique du pouvoir