rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

séisme tsunami et catastrophe nucléaire au Japon Japon

Publié le • Modifié le

Fukushima: l'Etat japonais et Tepco reconnus coupables pour la première fois

media
Le Premier ministre japonais se recueille devant un mémorial à Tokyo pour le sixième anniversaire de la catastrophe de Fukushima, le 11 mars 2017. REUTERS/Koji Sasahara/Pool

Un tribunal japonais a reconnu vendredi 17 mars la culpabilité de l’Etat et de la société Tepco dans l’accident nucléaire de Fukushima, survenu après le tsunami qui a fait plus de 18 000 morts en mars 2011. Une première. Soixante-deux des 137 personnes à l’origine de la plainte vont être indemnisées.


Selon le tribunal de Maebashi, la catastrophe nucléaire aurait pu être évitée si l’Etat et la compagnie d’électricité Tepco avaient pris des mesures préventives, comme l’installation de générateurs électriques d’urgence sur le site. Les juges ont également estimé que le gouvernement n’avait pas assez anticipé le risque de tremblement de terre malgré les éléments scientifiques en sa possession, et qu’il aurait dû imposer à Tepco la construction de digues de protection de ses installations.

Tepco et le gouvernement ont donc été condamnés à verser 316 000 euros de dédommagement à 62 plaignants sur les 137 à l’origine de la plainte, après examen de chaque cas individuel. Une somme très inférieure à celle réclamée au départ.

Suite au tsunami et à l’accident nucléaire du 11 mars 2011, plus de 450 000 personnes avaient dû fuir leur lieu d’habitation. Environ 10 000 d'entre elles ont depuis engagé des actions en justice contre l’opérateur de la centrale et les autorités nippones.

Certains déplacés ont certes déjà été indemnisés par la justice, mais c'est la première fois qu'un tribunal reconnaît la responsabilité du gouvernement et de la société Tepco. Le porte-parole du gouvernement, qui n'a pas voulu commenter la décision, a toutefois affirmé qu'elle ne remettrait pas en cause la poursuite du programme nucléaire du Japon.

A (RE)ECOUTER → Fukushima 5 ans après