rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Malaisie Cinéma Etats-Unis Singapour Russie Sexualité Culture

Publié le • Modifié le

«La Belle et la Bête»: controverse autour d'un «moment gay» du dernier Disney

media
Affiche du film «La Belle et la Bête», de Disney (2017). allocine.fr

Le nouveau film de Bill Condon n’est pas encore officiellement sorti, mais il crée déjà la polémique. Une scène à connotation homosexuelle apparaîtrait dans le dernier film Disney, «La Belle et la Bête», qui arrive dans les salles vendredi 17 mars 2017 aux Etats-Unis. L'affaire n’est pas du goût de tous. Sur le sol américain, un cinéma refuse de présenter le film. Plus à l’Est, les autorités malaisiennes ont fait le choix de censurer la scène en question.


De notre correspondante à Singapour,

Tout est parti d’une interview de Bill Condon au magazine gay britannique Attitude
Le réalisateur de La Belle et la Bête a effectivement annoncé le 1er mars dernier que son film contiendrait une scène homosexuelle. Le personnage de Lefou s’interrogera sur sa sexualité et sur ses sentiments à l’égard de son ami Gaston.

Evidemment, ça devrait rester très subtil. Dans cette interview, Bill Condon explique que « Lefou est quelqu’un qui, un jour, veut être Gaston et veut l’embrasser le lendemain. Il ne sait pas ce qu’il veut. C’est un personnage qui comprend tout juste qu’il a ces sentiments ». Il n’en fallait pas plus pour lancer la polémique.

Une polémique qui, on peut le dire, s’étend au monde entier. Cela a commencé avec les Etats-Unis, le 4 mars dernier, lorsque le directeur d'un cinéma en plein air, situé au cœur de l’Alabama, a annoncé sur Facebook qu’il ne diffuserait pas le film en raison de son atteinte aux bonnes mœurs.

La Russie a suivi la semaine dernière. Un député ultra-conservateur a réclamé que le film soit interdit. Finalement, les autorités russes ont autorisé le long-métrage aux plus de 16 ans. Quant à la Malaisie, a-t-on appris mardi, elle a fait le choix de censurer la scène en question.

Le président du conseil malaisien de la censure, Abdul Halim Abdul Hamid, a déclaré au quotidien The Star que le film avait été autorisé avec « une censure mineure ».
Résultat : les studios Disney ont reporté sa diffusion dans le pays sans fixer de nouvelle date.

Lefou, dans «La Belle et la Bête» www.allocine.fr

Focus sur l'arrivée du film dans la ville de Singapour

Rappelons que la Malaisie est un pays à majorité musulmane où l’homosexualité est toujours interdite. En revanche, si Kuala Lumpur a pour religion officielle l’islam, ce n’est pas le cas de son voisin singapourien. Et pourtant, dans la cité-Etat aussi, le film a vivement été critiqué.

Si le film n’a pas été interdit à Singapour, le clergé chrétien sur place a accusé Disney d'avoir dévié des « valeurs saines et dominantes ». L'évêque Rennis Ponniah, président du Conseil national des églises de Singapour, a vivement conseillé aux parents de communiquer avec leurs enfants sur ce remake de La Belle et la Bête

Dans la société singapourienne, l'Eglise a une influence dans les domaines éducatifs et sociaux en général. Les fils de Lee Kuan Yew, père fondateur de la cité-Etat, ont par exemple été éduqués dans des écoles catholiques. Singapour compte environ 18 % de chrétiens. Mais le pays cultive surtout un équilibre entre les différentes religions.

Autrement dit, il fait très attention à la « susceptibilité » des différents cultes. Par exemple, le 29 septembre dernier, un tribunal a condamné un adolescent singapourien de 17 ans à six semaines de prison ferme et 2 000 dollars d’amende (1 300 euros), pour avoir « offensé les sentiments religieux des musulmans et des chrétiens ». 

Si les autorités singapouriennes ne se sont pas prononcées sur le caractère homosexuel du film La Belle et la Bête, le sujet reste délicat. L’homosexualité masculine est toujours interdite. Si peu de condamnations ont été prononcées ces dernières années, elle peut être passible de deux ans de prison à Singapour.

En savoir plus sur le film sur le site Allocine.fr en cliquant ici

Chronologie et chiffres clés