rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Iran: les autorités annoncent que l'épave d'un avion de ligne disparu a été localisée
  • Syrie: 100 civils tués en une journée dans les bombardements sur un fief rebelle (nouveau bilan ONG)
  • JO-2018-dopage: un joueur de hockey sur glace slovène a été contrôlé positif (Tribunal arbitral du sport)
  • France: près des trois quarts des fruits et 41% des légumes non bio portent des traces de pesticides quantifiables (Générations futures)
  • JO-2018-danse sur glace: les Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir champions olympiques, les Français en argent devant les Etats-Unis
  • Un Japonais remporte le droit de garde de 13 enfants nés de mères porteuses en Thaïlande

Pakistan Etats-Unis Oussama Ben Laden

Publié le • Modifié le

Pression du Pakistan sur le médecin qui a aidé à localiser Ben Laden en 2011

media
Photo non datée ni localisée du docteur Shakeel Afridi. REUTERS/Geo News via Reuters

Le Pakistan accentue la pression sur le médecin qui avait aidé à localiser Oussama Ben Laden. Le docteur Afridi, emprisonné depuis cinq ans, a vu sa demande de renouvellement de papiers d'identité refusée, alors que l'administration américaine plaide pour sa libération.


Avec notre correspondant à Islamabad,  Michel Picard

Le docteur Shakeel Afridi est devenu célèbre pour avoir collaboré avec la CIA en organisant une fausse campagne de vaccination contre la polio à une cinquantaine de kilomètres au nord d'Islamabad. La campagne aurait permis l'élimination, en 2011, à Abbottabad, de l'ennemi numéro un des Etats-Unis.

Depuis, ce docteur croupit derrière les barreaux sous l'accusation fantaisiste de lien avec des extrémistes. L'an dernier, sa peine à 33 ans de prison a été réduite de dix ans sous les menaces américaines de couper leur aide militaire.

Les autorités pakistanaises, qui ont toujours du mal à digérer le raid américain contre Ben Laden, viennent de refuser au docteur Afridi, ainsi qu'à sa femme et ses deux enfants, le renouvellement de leurs cartes d'identité et de leurs passeports, ce qui contraint ses proches à ne pas quitter le pays.

Mi-janvier, le ministre de la Justice pakistanaise a martelé qu'Afridi ne serait ni libéré ni remis aux Etats-Unis, alors que Donald Trump pendant sa campagne avait déclaré qu'il le ferait libérer en deux minutes s'il était président.

En refusant d'octroyer ces papiers d'identité, les autorités pakistanaises réaffirment qu'elles gardent la main sur la famille Afridi en dépit des très fortes pressions américaines.

Chronologie et chiffres clés