rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Inde Pakistan Agriculture et Pêche

Publié le • Modifié le

Les pêcheurs indiens et pakistanais, monnaie d’échange d'un conflit qui dure

media
Le 5 janvier 2017, Pakistan a libéré 219 pêcheurs indiens détenus pour s'être retrouvés dans les eaux pakistanaises. REUTERS/Akhtar Soomro

Soixante pêcheurs indiens viennent d’être arrêtés par les autorités d’Islamabad. Ils ont été jugés coupables samedi 28 janvier et dorment aujourd’hui en prison. Ce conflit maritime fait des centaines de victimes chaque année.


De notre correspondant à Islamabad,

Le cas des pêcheurs naviguant sur la mer d’Arabie est un vieux serpent de mer qui laisse planer une menace permanente sur une population pauvre et analphabète. Chaque année, des dizaines d’entre eux sont arrêtés puis emprisonnés par l’Inde et le Pakistan. Toujours au même motif : avoir franchi la frontière de manière illégale en mer d’Arabie.

Ces travailleurs naviguent sur des embarcations peu maniables sans moyens de localisation. La raréfaction des poissons les poussent à parfois partir pour des campagnes de plusieurs semaines. Et il n’est pas rare que les courants les entraînent du mauvais côté de la frontière maritime. S’ensuit la prison, souvent plus d’un an, voire deux ou trois, en dépit de la convention de l’ONU sur le droit de la mer qui limite ces peines à six mois. 

Des gestes «médiatiques» de bonne volonté

Le Pakistan a marqué le début de l’année 2017 en libérant plus de 400 pêcheurs indiens. Une décision unilatérale pour faire de la place dans les centres de détention et offrir une image positive de sa gestion du dossier. Ces dernières années, les libérations massives se sont inscrites dans le cadre d’échanges bilatéraux comme en 1997 ou en 2001 puis dans des négociations plus globales au milieu des années 2000. Mais depuis, ces libérations ne sont plus le fruit de négociations conjointes officielles.

Pour résoudre ce conflit maritime datant des années soixante, les deux pays ont mis en place en 2007, un comité conjoint. Mais les attentats de Bombay, en 2008, ont mis fin à l’initiative. Aujourd’hui, plus de 150 pêcheurs pakistanais croupissent dans les geôles indiennes, à peu près autant du côté pakistanais.

Des arrestations, baromètre des relations indo-pakistanaises

Autant dire qu’au vu des récents accrochages armés dans le Cachemire, les pêcheurs ont du souci à se faire. Monnaie d’échange ou moyen de pression, les arrestations et libérations suivent de près les gesticulations militaires ou politiques de part et d’autre de la frontière.

Ces pêcheurs sont les prisonniers de guerre d’un conflit dans lequel chaque camp utilise leurs libérations à des fins médiatiques en scandant qu’elles sont un signe d’apaisement ou un geste de bonne volonté. En l’absence de toute négociation officielle de paix entre les deux géants nucléaires, ce dossier permet de maintenir un dialogue, même informel, entre les deux pays.
 

Chronologie et chiffres clés