rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Inde Nouvelles technologies Internet

Publié le • Modifié le

En Inde, Facebook se heurte à la neutralité du net

media
Des activistes du Congrès de la jeunesse indienne et de l'Union nationale des étudiants indiens manifestent pour la neutralité d'internet, le 16 avril 2015, à New Dehli. AFP PHOTO / MONEY SHARMA

La toile est au centre d'un vrai débat de société en Inde, autour de la question de la neutralité de l'internet. Ce principe veut que tous les sites internet soient accessibles à la même vitesse par tous les internautes qui le souhaitent. Le fournisseur d'accès n'intervient pas dans ce choix. Or, ce principe a été entaillé en Inde par deux projets commerciaux qui proposaient d'offrir des connexions gratuites, mais sélectives. Et l'une des offres contestées provient du géant Facebook.


Avec notre correspondant à New Dehli,

La première offre émanait du plus grand fournisseur d'accès du pays, Airtel, et c'est elle qui a mis le feu aux poudres. Airtel proposait à ses abonnés de ne pas facturer l'accès à certains sites, comme ceux de commerce en ligne. La connexion serait alors payée par l'entreprise en question. L'offre de Facebook allait encore plus loin : n'importe qui pourrait se connecter gratuitement, à travers le réseau wifi de l'entreprise Reliance, à 37 sites partenaires, dont Facebook bien sûr. Cette idée, intégrée dans le plan mondial appelé internet.org, a déjà été appliquée dans des pays africains comme le Ghana, la Tanzanie ou le Kenya et se veut philanthropique : offrir l'accès à internet aux deux tiers de la population qui ne l'ont pas.

Plus d'avantages économiques que de philantropie

Mais beaucoup ont surtout vu les avantages économiques, plutôt que philantropiques, de ces offres. En effet, il y a 10 jours, une impressionnante vague de contestation s'est levée sur la toile et dans les médias, accusant le projet d'Airtel de menacer cet accès universel à l'internet que l'on nomme neutralité de l'internet. Les personnes qui souscriraient à ce plan ne pourraient en effet consulter que certains sites commerciaux. C'est comme si votre compagnie de téléphonie vous offrait une ligne, mais vous empêchait d'appeler qui vous vouliez. L'ampleur est encore plus large avec internet, car il est une source d'informations et de commerce.

Les autorités prévoient d'intervenir

L'offre de Facebook a été condamnée sur le même ton. Finalement, la plupart des entreprises partenaires de ces programmes devenus impopulaires ont décidé de s'en retirer, ce qui devrait remettre en cause leur existence dans le pays.

Les autorités prévoient, elles, d'intervenir et un comité du ministère des télécommunications a ouvert des consultations pour savoir s'il fallait réguler davantage la toile. Un questionnaire technique sur le sujet doit être renvoyé avant ce vendredi 24 avril. Et déjà plus de 300 000 réponses ont été envoyées. Le ministre des Communications s'est déclaré favorable à la sauvegarde de la neutralité du net.

Chronologie et chiffres clés