rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Israël: les sirènes d'alarme activées à Tel-Aviv suite à une frappe tuant un commandant palestinien à Gaza (armée)

Bolivie Questions sociales Evo Morales

Publié le • Modifié le

Bolivie: violences sans fin entre partisans et opposants d'Evo Morales

media
Nouvelle nuit de violence dans les rues de La Paz, jeudi soir 7 novembre. REUTERS/China Martinez

Les violences entre partisans et opposants du président Evo Morales ne cessent pas, le conflit a déjà fait trois morts. Si l’opposition veut désormais réunir ses forces à La Paz, la capitale économique du pays, les soutiens du gouvernement veulent aussi faire entendre leur voix.


Avec notre correspondante à La Paz,Alice Campaignolle

Les jours passent et se ressemblent en Bolivie depuis la réélection contestée pour un quatrième mandat de l'actuel président, le 20 octobre dernier. Jeudi, comme chaque soir, des dizaines de personnes sont venues allonger la désormais longue liste des blessés dus aux violences post-électorales. Les rues de La Paz, de Santa Cruz, de Cochabamba, de Potosi, sont le théâtre de violents affrontements entre opposants et partisans de l’actuel président.

À lire aussi : Jean-Jacques Kourliandsky : « le contexte est assez compliqué » en Bolivie

Plus tôt dans la journée, à El Alto, un grand rassemblement du MAS, le parti de gouvernement, a réuni des milliers de personnes venues rappeler leur soutien à Evo Morales. « Nous avons vécu les dictatures, nous savons ce que c’est. C’est pour ça que nous sommes ici, pour défendre notre démocratie, défendre notre vote et défendre Evo Morales Ayma pour qu’il reste le président de tous les Boliviens », clame cette femme.

L'opposition appelle au rassemblement à La Paz

Quant à l’opposition, composée de comités civiques, d’hommes et de femmes politiques ou de simples citoyens venus de tout le pays, elle cherche à montrer une certaine unité et veut rassembler ses forces dans la ville de La Paz.

« Le centre de la mobilisation doit être La Paz, là où siège le gouvernement ». Le leader de l’opposition de Santa Cruz, Fernando Camacho, a affirmé qu’il ne quitterait pas La Paz avant d’avoir obtenu la démission d’Evo Morales.

Chronologie et chiffres clés