rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chili Justice

Publié le • Modifié le

Chili: poursuites judiciaires contre les ministres de la dictature Pinochet

media
Salvador Allende (à dr.) et Augusto Pinochet. Après son coup d'État contre le gouvernement socialiste, le général Pinochet a instauré une dictature militaire qui a duré près de vingt ans. Reuters

Le Chili commémorait, hier, mercredi 11 septembre, le 46e anniversaire du coup d'État du général Augusto Pinochet contre le gouvernement socialiste de Salvador Allende. Après cet événement, Augusto Pinochet a instauré une dictature militaire qui a duré près de vingt ans. Plus de 3 000 personnes ont été assassinées ou ont disparu pendant cette période, des milliers d'autres ont été emprisonnées ou torturées. Les familles de ces victimes ont annoncé qu'elles engageaient des poursuites judiciaires contre, cette fois-ci, les membres du gouvernement en place durant la dictature.


Avec notre correspondante au Chili, Naïla Derroisné

Entretenir le devoir de mémoire c'est une chose, rétablir la justice c'en est une autre. Voilà le message qu'a fait passer Lorena Pizarro Sierra, la présidente du groupement des familles des détenus disparus du Chili. Hier, mercredi 11 septembre 2019, lors des commémorations du coup d'État, l'association a présenté une plainte pour actions criminelles.

Complices

Elle vise les ministres en poste pendant les dix-sept années de la dictature et notamment les ministères de l'Intérieur et de la Justice. Les familles des disparus considèrent que ces membres du gouvernement sont complices de la vague d'assassinats, au même titre que les bourreaux du régime.

Seulement voilà, les ministres qui sont visés aujourd'hui sont pour la plupart décédés ou très âgés. Augusto Pinochet lui-même a échappé à son procès. Il est mort en 2006, avant que les procédures judiciaires qui étaient engagées contre lui n'aboutissent.

Peu de suites judiciaires

Selon un dernier rapport publié par l'université Diego-Portales, seulement 22% des disparitions et des exécutions qui ont été recensées officiellement à ce jour, ont connu des suites judiciaires entre 1995 et juin 2018.

À LIRE AUSSI: «Je suis pro-Pinochet», la phrase qui secoue la scène politique chilienne