rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Israël: les partis arabes soutiennent Gantz pour le poste de Premier ministre

Revue de presse Haïti Argentine Venezuela Oussama Ben Laden Droits des femmes

Publié le • Modifié le

A la Une: l’avortement toujours plus limité en Argentine

media
Le samedi 8 juin à Buenos Aires, quelques milliers de personnes étaient rassemblées pour manifester contre le droit à l’avortement REUTERS/Pablo Stefanec

En Argentine, des activistes fêteront dans une semaine, le 8 août, l'anniversaire du rejet par le Parlement de la légalisation de l'avortement. Dans ce pays l'interruption d'une grossesse est illégal, sauf quand la vie ou la santé de la mère est en danger ou lorsque la grossesse est le résultat d'un viol. C’est en tout cas la théorie, car dans les faits, ce droit à l'avortement déjà très limité est constamment remis en cause. On le découvre dans plusieurs articles aujourd'hui.

Clarin, par exemple, raconte une histoire qui s’est déroulée à Corrientes, une province du nord-est du pays : une jeune fille de 18 ans, violée systématiquement par son beau-père et qui avait déjà eu un enfant de lui trois ans plus tôt, n'a pas pu avorter comme elle le désirait et comme sa mère l'y autorisait. Son fœtus a été confié à l'adoption par une juge de cette province qui s'est déclarée ouvertement « pro-vie » en 2011. C'est aussi l'une des provinces où le nombre de grossesses chez les adolescentes est le plus élevé. Chaque jour, dix bébés naissent de mères âgées de 15 à 19 ans. Et tous les trois jours, une fille âgée de 10 à 14 ans devient mère à cause d'un viol.

Un autre long article, édifiant, est publié par Buzzfeednews ce jeudi. Il relate comment à Tucuman, « les médecins et l'Église ont collaboré dans le but d'empêcher une fillette de 11 ans de subir un avortement après son viol » par le compagnon de sa grand-mère, alors même que sa famille demandait d'interrompre la grossesse. En résumé: pression psychologique, des prêtres qui font fuiter les bilans médicaux et le nom complet de la fillette pour faire de ce cas une affaire dans le pays. L’objectif étant de prolonger le plus possible la grossesse dans l'espoir de parvenir à un fœtus viable. Lucia, c'est son nom, a subi une césarienne à 24 semaines de grossesse. Le bébé n'a pas survécu plus de 4 jours.

Mort du fils d'Oussama ben Laden, selon les médias américains

En s’appuyant sur deux sources officielles anonymes, le New York Times révèle la mort du fils d'Oussama ben Laden, Hamza ben Laden. Ce dernier était vu comme l'héritier du groupe Al-Qaïda et avait plusieurs fois menacé d'attaquer les États-Unis. Le journal ne donne pas de détail sur l'opération qui a mené à son l'élimination, ni la façon dont les États-Unis y ont participé. Cela s'est passé en tout cas « au cours des deux premières années de l'administration Trump », « avant que le département d'État n'annonce une récompense d'un million de dollars pour des informations sur sa localisation au mois de février ». À ce moment-là, précise le journal, « l'armée et les services de renseignement américains n'avaient pas confirmé sa mort ». La disparition d'Hamza ben Laden est pour les États-Unis, davantage « une victoire symbolique » que « l'élimination d'une menace » car, comme le souligne le New York Times, « al-Qaïda n'a pas mené d'attaque à grande échelle depuis des années ».

Un ministre vénézuélien recherché pour trafic de drogue

On passe à ce bras de fer entre les États-Unis et le ministre vénézuélien de l'Industrie. L'image circule notamment sur les réseaux sociaux : le visage de Tareck El Aissami apparaît sur une fiche de police des services américains de l'immigration, avec sa taille, son poids, la couleur de ses yeux et ce message : « Vous avez vu ce fugitif ? Il est recherché pour trafic international de drogue ». L'ancien ministre de la Justice est accusé d'avoir participé à l'expédition d'importantes cargaisons vers les États-Unis en utilisant des ports et une base aérienne vénézuélienne. Alors qu'il est déjà sous le coup de sanctions de l’administration américaine, il et désormais l'une des dix personnes les plus recherchées. S'il était extradé, il risquerait 30 ans de prison.

La réponse de Tareck El Aissami est à découvrir sur les réseaux sociaux et dans toute la presse vénézuélienne aujourd'hui, comme par exemple dans TalCual. Le ministre a enregistré son message devant le barrage de Guri, le 4e plus grand barrage du monde, ce qui rend d'ailleurs le message très peu audible. « Accusez-nous de ce qui vous chante », lance le ministre vénézuélien, dans une déclaration très patriotique où il réitère sa loyauté au commandant Hugo Chávez, à son peuple et à Nicolás Maduro.

Chute du salaire minimum légal au Venezuela

Ce jeudi, Diario 2001 nous explique que le salaire minimum légal est tombé à 3,55 dollars par mois au Venezuela et que « La monnaie locale, le bolivar, continue sa chute vertigineuse par rapport à la devise américaine ». Cette baisse a un impact immédiat sur le salaire minimum « de 40 000 bolivars touché par 3 millions de travailleurs dans l'administration publique ». Ainsi, « ces revenus sont insuffisants pour acheter même la nourriture d'une journée pour une famille de quatre personnes », souligne le journal.

À Porto Rico, c’est l’heure du vote

Mercredi, Pedro Pierluisi a été nommé secrétaire d'Ètat par le gouverneur démissionnaire Ricardo Rossello. Il doit maintenant être confirmé par les deux chambres de l'Assemblée législative et le toujours très bien informé El Nuevo Dia indique qu'au moment de boucler le journal, Pedro Pierluisi n'avait pas suffisamment de voix au Sénat, ni à la Chambre des représentants.

Haïti : « la bombe du crédit » explosera-t-elle ?

Frantz Duval, rédacteur en chef du Nouvelliste, revient sur les grands titres du journal de ce jeudi. À la Une, « la bombe du crédit » à Haïti. Selon lui, l'augmentation des taux directeurs de la Banque de la République d'Haïti (BRH) est à l'origine de ce phénoméne.

Frantz Duval, rédacteur en chef du Nouvelliste 01/08/2019 Écouter
Chronologie et chiffres clés