rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

États-Unis Donald Trump Iran Défense Diplomatie

Publié le • Modifié le

Tension Iran-États-Unis: vers une coalition militaire dans le Golfe?

media
Le pétrolier iranien «Grace 1» avait été arraisonné au large de Gibraltar par les Britanniques, ravivant des tensions entre Londres et l'Iran. JORGE GUERRERO / AFP

Au Moyen-Orient, les États-Unis ont confirmé ce jeudi 11 juillet leur volonté de former une coalition internationale dans le Golfe. La veille, Londres accusait l'Iran d'avoir tenté de bloquer un pétrolier britannique dans le détroit d'Ormuz.


Washington en appelle aux volontaires pour former cette coalition internationale dans le Golfe, alors que la tension ne cesse de monter dans le détroit d'Ormuz, au sud de l'Iran. Un tiers du pétrole brut mondial acheminé par voie maritime transite par cet endroit.

Devant une commission du Sénat américain, Mark Milley, le nouveau chef d'état-major de l'armée des États-Unis, a confirmé la création d'une coalition militaire pour agir dans la zone.

Une escorte aux navires commerciaux

« La liberté de navigation est un principe fondamental et une norme pour l'ordre international qui est en place depuis 70 ans. Nous jouons un rôle crucial dans l'application cette norme. Avec cette coalition, nous voulons fournir une escorte militaire navale aux navires commerciaux. Cela devrait être mis en place dans les prochaines semaines », a annoncé Mark Milley.

Le général Dunford, prédécesseur de Mark Milley, a expliqué comment pourrait fonctionner cette potentielle coalition : les États-Unis s'occuperaient de la surveillance maritime et fourniraient les connaissances nécessaires. Mais en mer, chaque nation escorterait les bateaux qui naviguent sous son drapeau.

Une question demeure néanmoins : quels sont les pays prêts à s'allier militairement à une action américaine au large de l'Iran ? Les États-Unis affirment que certains pays ont déjà exprimé leur intérêt en privé.

Mais du côté de l'Europe, les dirigeants semblent réticents à s'engager sur une zone où une simple étincelle peut engendrer un conflit ouvert.

Chronologie et chiffres clés