rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Revue de presse Colombie

Publié le • Modifié le

À la Une: la justice colombienne ordonne l'arrestation de Jesús Santrich

media
Jesús Santrich, à Bogota, en Colombie, le 30 mai 2019. REUTERS/Andres Torres

L’ancien guérillero et négociateur de la guérilla des FARC, devenu député, a disparu depuis le 30 juin 2019. C’est à la Une de la presse colombienne. Le cas Santrich a défrayé la chronique, ce n’est qu’un nouveau chapitre dans le feuilleton politico-judiciaire, écrit El Espectador. Accusé de trafic de drogue et confronté à une demande d’extradition des Etats-Unis, l’ancien négociateur de l’accord de paix devait se présenter mardi à une audience judiciaire. Ayant constaté son absence, la Cour suprême a également sollicité l'Organisation internationale de police criminelle Interpol pour retrouver le « fugitif » comme l’écrit El Tiempo. Le journal relate les rumeurs selon lesquels Santrich se seraient enfui au Venezuela.

Le site de l’hebdomadaire Semana pointe la réaction du président colombien Ivan Duque qui, dans une brève allocution, a salué la décision de la Cour suprême. « Nous serons implacables avec ceux qui veulent poursuivre ces activités criminelles », a averti le président, cité par le journal.

Condamnation de l’entreprise minière brésilienne Vale

La justice brésilienne a condamné le géant minier Vale à payer tous les dommages causés par la rupture du barrage de Brumadinho. Dans sa décision, le juge Elton Pupo Nogueira, du tribunal de l'Etat de Minais Gerais, n'a pas fixé le montant total à payer pour Vale. Il a estimé que les dommages causés par la rupture du barrage ne se limitent pas à la perte de vies humaines. 270 personnes sont mortes ou sont portées disparues. Selon le juge, cité par O Globo, il faut aussi prendre en compte les conséquences environnementales et économiques. Cette catastrophe est, d’après Folha de Sao Paulo, l’une des plus tragiques de l’histoire de l’industrie minière brésilienne.

Vote sur la réforme des retraites, projet phare de Bolsonaro

Le projet de loi sera soumis au vote des députés ce mercredi 10 juillet 2019. D’après O Globo et Folha de Sao Paulo, les députés de la Chambre devraient adopter le texte. Parmi les points forts du projet de loi, la mise en place d’un âge plancher pour obtenir une retraite à taux plein : 65 ans pour les hommes et 62 ans pour les femmes qui ont cotisé pendant 35 et 30 ans respectivement. L’objectif de la réforme, rappelle le site d’information Nexo, est de réduire le déficit. Mais l’obligation de travailler plus longtemps avant de toucher sa retraite pourrait aussi avoir des effets négatifs sur l’économie, expliquent des experts consultés par le site. Le texte en tout cas est très controversé et a déjà poussé des milliers brésiliens à descendre dans la rue. Après son passage devant la Chambre, le projet de loi devra encore être approuvé par les sénateurs.

Les artistes en difficulté pour obtenir un visa pour Canada

C’est un dossier à la Une du journal Le Devoir. Les nouvelles pratiques d’octroi de visa ont donné des sueurs froides aux responsables du Festival TransAmériques, habitués à la circulation internationale des spectacles. À dix jours de son inauguration en mai dernier, écrit le journal, six artistes n’avaient toujours pas les visas canadiens nécessaires à leur entrée dans le pays. Une danseuse du spectacle « Kalakuta Républik » n’a récupéré le sien que 15 heures avant le début de la représentation. Elle a juste eu le temps de sauter dans l’avion et de filer de l’aéroport au théâtre.

Des difficultés qui sont devenues courantes pour le festival Nuits d’Afrique qui a débuté hier mardi. Les causes ? Le Devoir note l’incompréhension du statut de l’artiste par les services d’immigration, la sous-traitance des dossiers et, depuis 2018, l’exigence d’y ajouter les empreintes digitales et une photo numérique.

Le président haïtien promet un gouvernement pour « débloquer » le pays

« Nous travaillons, nous dialoguons pour que d’ici peu nous puissions doter le pays d’un gouvernement pour pouvoir débloquer la situation dans le pays ». C’est ce qu’a annoncé le président lors d’une réception au Palais national en l'honneur de trois joueurs de la sélection nationale de football. D’après Le Nouvelliste, Jovenel Moïse s’est présenté comme « un apôtre du dialogue et du vivre-ensemble ».

Commentaire du journal : « Le président était attendu pour la nomination annoncée imminente d'un nouveau gouvernement. Il n'en est toujours rien. Certes, il a reconnu le blocage du pays. Il n’empêche, poursuit Le Nouvelliste, la principale inconnue demeure. La nouvelle équipe sera-t-elle avec ou sans le dernier premier ministre nommé Jean-Michel Lapin ? L'opposition ou la société civile y aura-t-elle un rôle ? Tout paraît compliqué », résume le journal haïtien.

Chronologie et chiffres clés