rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Revue de presse

Publié le • Modifié le

À la Une: Maduro et l’opposition vénézuélienne reprennent les discussions

media
Juan Guaido, le leader de l’opposition et président auto proclamé du Venezuela, lors du 208e anniversaire de l'indépendance du Venezuela, le 5 juillet 2019. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

Si ce dimanche, lors de l’annonce de la reprise de ces rencontres, ni les autorités, ni l’opposition n’avaient précisé de date, ce mardi matin Ultimas Noticias nous apprend que les deux parties se sont vues ce lundi. Un dialogue qui se fait toujours avec la médiation de la Norvège précise le quotidien. Selon Nicolas Maduro, un agenda de six points a été établi, mais il n’a pas précisé lesquels selon le journal 2001. Un agenda qui devrait permettre d’obtenir « des accords partiels qui bénéficieront à tous les Vénézuéliens, si les Gringos [les Américains] ne s’immiscent pas dans ces discussions ». Nicolas Maduro qui s’est dit optimiste lors d’une déclaration diffusée sur la chaîne publique VTV.

Du côté de l’opposition on se montre plus sceptique. « Je ne crois pas en la bonne volonté de ce régime, ni d’aucun dictateur ». Voilà en résumé la pensée de Juan Guaido, le président par intérim, qui s’est livré ce lundi soir lors d’une interview avec la chaîne de Miami, EVTV. SelonLa Patilla qui rapporte ses propos, pour Juan Guaido ces discussions ne sont qu’un mécanisme de plus dans une stratégie globale qui vise à mettre fin à l’usurpation du pouvoir. Juan Guaido se méfie du régime de Nicolas Maduro et rappelle qu’aucun accord n’avait été scellé lors de précédentes discussions organisées en République dominicaine.

Le président par intérim a par ailleurs rencontré ce lundi à Caracas l’envoyé spécial de l’Union européenne, Enrique Iglesias, qui a ensuite rencontré des représentants du gouvernement comme le détaille Efecto Cucuyo. Selon cette revue, l’Union européenne soutient les discussions en cours, mais envisagerait selon Juan Guaido de nouvelles sanctions contre le régime, suite à la publication du rapport de Michelle Bachelet, rapporte La Patilla.

Recrudescence des affrontements en Colombie

La presse colombienne publie des chiffres, ce mardi, qui font état d’une forte augmentation des opérations militaires et du nombre de victimes depuis le début de l’année. Une information qui fait la Une d’El Tiempo. Selon ce quotidien, durant le premier semestre 2019,  les affrontements entre forces de l’ordre et groupes armés illégaux ont augmenté de 82% par rapport au premier semestre 2018. El Tiempo comptabilise soixante-deux affrontements directs, le chiffre le plus élevé depuis cinq ans. 34% de ces combats opposaient les militaires à l’ELN, l’armée de libération nationale, 27% à des organisations criminelles et 21% à des dissidents des FARC. Le nombre de victimes lors de ces affrontements a également augmenté de 87%. Des chiffres qui démontrent le virage entrepris par le gouvernement d’Ivan Duque qui plaide pour une politique sécuritaire plus drastique.

Fin du mouvement des policiers fédéraux au Mexique

Après des jours de tensions et de grèves au sein de la police fédérale, un accord a été trouvé avec les représentants du gouvernement. Une information que l’on retrouve en Une d’El Universal. Depuis maintenant près d’une semaine de nombreux policiers fédéraux étaient en grève ou manifestaient pour dénoncer la fin de cette institution créée en 2009. Comme le rappelle le quotidien ces policiers fédéraux vont être « reversés » dans la Garde Nationale fraîchement créée par le président Lopez Obrador. Ils craignaient des licenciements, des baisses de salaires et le fait de passer sous hiérarchie militaire. Hier donc, un accord en 13 points a été trouvé qui garantit les conditions de travail de ces agents et qui devrait leur permettre de choisir une autre institution que la Garde Nationale. Une poignée de policiers fédéraux continuent tout de même d’occuper le siège de la police fédérale précise El Universal, des policiers qui réclament le règlement des jours de grève.

Le Brésil pleure Jão Gilberto

Ce lundi se sont déroulées les funérailles du chanteur Jão Gilberto, véritable icône dans son pays et dans le monde, décédé le samedi 6 juillet à l’âge de quatre-vingt-huit ans. C’est en chantant l’un de ses plus grands succès « Chega de Saudade » le morceau qui a lancé la Bossa Nova, que la famille et des centaines d’admirateurs ont rendu un dernier hommage à Jão Gilberto. La veillée funèbre s’est déroulée au prestigieux Théâtre municipal de Rio de Janeiro, c’était « très émouvant », écrit O Globo. Le cercueil à semi-ouvert, d'où émergeait le visage du chanteur, a été placé devant les escaliers du hall d'entrée de ce théâtre. Celui qui détestait le moindre bruit « parasite » pendant ses concerts minimalistes et intimes a eu le droit à une cérémonie bruyante, mais joyeuse, ajoute O Globo. Les proches et les inconnues rassemblés au Théâtre ont applaudi l’artiste qui a changé la musique brésilienne une dernière fois, rapporte Folha de Paulo.