rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Israël: les partis arabes soutiennent Gantz pour le poste de Premier ministre

Revue de presse États-Unis

Publié le • Modifié le

À la Une: un show du 4-Juillet à la gloire de Trump ?

media
Lors des préparatifs des festivités du Jour de l'Indépendance, fête nationale américaine, devant le Mémorial Lincoln, le 3 juillet 2019, à Washington. REUTERS/Jim Bourg

La presse américaine se moque un peu du grand « show à l’américaine » prévu par Donald Trump en ce 4 juillet, jour de l’Indépendance des États-Unis. Impressionné par le défilé du 14-Juillet auquel il avait assisté à Paris aux côtés d’Emmanuel Macron en 2017, Donald Trump a promis aux Américains un spectacle d’une ampleur inégalée pour la fête nationale. Des chars d’assaut seront exposés ce jeudi dans le centre de Washington et des avions de combat rugiront dans le ciel.

Un spectacle « produit par Trump et dont il est la star », titre le New York Times. Lors de son discours, « des milliers de soldats seront rassemblés par la Maison Blanche pour créer un moment télévisuel où le commandant en chef du pays sera entouré des forces qu’il dirige ». Une cérémonie « que beaucoup au Pentagone voient comme un gaspillage de ressources et d’argent à un moment où les États-Unis font face à de réelles menaces dans le monde ».

Des bancs vides ?

Y aura-t-il du monde à la fête ? C’est la question qui inquiète l’administration. Selon Politico, « les responsables à la Maison-Blanche (...) s’arrachent les cheveux devant le risque que l’événement organisé à la hâte se transforme en investiture de Trump 2.0 ». Souvenez-vous de l’investiture de Donald Trump en janvier 2017 : « la foule présente et la couverture médiatique ne correspondaient pas aux attentes démesurées du président ».

Les plus grands donateurs républicains ont été conviés à l’évènement, mais pour l’un d’entre eux, interrogé par Politico, l’annonce a été faite trop tard et tout le monde a déjà des choses prévues pour ce 4 juillet. « Un sondage informel mené auprès de plus d’une demi-douzaine de donateurs et d’alliés de Trump a révélé qu’aucun d’entre eux n’avait l’intention d’y participer ». « Plusieurs républicains proches de la Maison-Blanche ont répondu à nos appels depuis des plages » loin de Washington, précise même le média en ligne américain. L’urgence est donc de remplir les bancs : « la Maison Blanche a permis aux employés de participer à une loterie pour recevoir jusqu’à 10 billets par personne ».

L’Argentine touchée par une vague de froid

En Argentine, la capitale Buenos Aires connaît ses journées et ses nuits les plus froides de l’année. Le mercure dépasse à peine zéro degré et les plus vulnérables sont bien entendu les sans domicile fixe. La nuit dernière, le club de River Plate a ouvert les portes de son mythique stade Monumental pour abriter des sans-abri, raconte le journal Clarin. Mardi dernier un homme de 52 ans est mort d’hypothermie en pleine rue, rappelle Pagina12. « Ce n’est pas le premier mort de froid dans le pays. Mais le seul qui a fait la Une des journaux, car il est mort à cinq pâtés de maisons du palais du gouvernement ». Déjà cinq morts de froid recensé depuis le début de l’hiver : aujourd’hui, Buenos Aires compte 1 146 sans domicile fixe, selon les statistiques officielles. « Un chiffre très loin de celui des ONG » mais qui « révèle ce que le gouvernement lui-même ne peut plus cacher : c’est la troisième année que ce chiffre a augmenté ».

On poursuit cette revue de presse au Chili, où les conséquences de l’éclipse totale de Soleil se font encore sentir. El Mercurio nous rappelle en Une que 300 000 personnes s’étaient déplacées pour admirer le spectacle dans la région de Coquimbo, à 200 km environ au nord de Santiago. Résultat : des kilomètres de bouchons, sur notamment la Panaméricaine - la route 5 du Chili - même une journée entière après la fin de l’éclipse !

Chili : plan d’action pour la prochaine éclipse

Les autorités pensent déjà à l’année prochaine, plus précisément au 14 décembre 2020. « Une date que beaucoup ont déjà inscrite dans leur calendrier, explique La Tercera, pour un nouveau rendez-vous avec le soleil et la lune », qu’on pourra cette fois admirer dans le sud du Chili. Alors « bien qu’il reste encore 530 jours, les autorités de la région ont examiné de près le travail accompli dans le nord du pays ». Capacité des aéroports, disponibilité de l’essence, augmentation du nombre de lits disponibles : les autorités locales imaginent déjà « un plan d’action pour que l’éclipse soit aussi un succès du point de vue touristique et économique ».

Il y a un potentiel, selon La Tercera. Son éditorialiste note « la ferveur rarement observée autour d’un tel évènement », qui se voit aussi « dans le succès inhabituel de la vente de livres sur le sujet ». « Un tel potentiel ouvre des perspectives intéressantes non seulement dans le domaine de l’éducation (...) mais crée aussi un potentiel considérable pour l’industrie touristique ». Le journal rappelle que le Chili présente des qualités « imbattables pour l’étude de l’univers, grâce à la pureté de son ciel dans la partie nord du pays », « au point que plusieurs des principales découvertes astronomiques ont été faites par des observatoires » au Chili. C’est aussi dans le pays que les scientifiques du monde entier ont installé « les télescopes les plus avancés ».

Bientôt envahis par les blattes ?

On termine avec une info inquiétante. Serons-nous bientôt envahis par les cafards ? En tout cas ils résistent de mieux en mieux aux insecticides. C’est le constat d’une université américaine, qui a publié son étude dans la revue Nature, précise Infobae, donc c’est très sérieux. « Les chercheurs ont passé six mois à essayer d’éradiquer un type spécifique de blattes », la blatte germanique, « l’une des plus courantes dans nos maisons ».

Ils ont essayé plusieurs insecticides, seuls ou combinés. La conclusion des chercheurs : ces cafards ont développé en seulement une génération une tolérance aux produits insecticides courants, même à ceux auxquels ils n’avaient jamais été exposés. Les perspectives ? Qu’ils deviennent impossibles à tuer…

Chronologie et chiffres clés