rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Israël: les partis arabes soutiennent Gantz pour le poste de Premier ministre

États-Unis Migrations Internationales Droits de l’homme Droits de l'enfant

Publié le • Modifié le

Au Texas, les conditions de détention d‘enfants migrants suscitent l’indignation

media
Une chaussure d'enfant abandonnée, près d'un camp de migrants à El PAso, au Texas, le 13 juin 2019. Getty Images

Quelque 250 enfants enfants de migrants non accompagnés ont été transférés dans un nouveau centre d’accueil au sud des Etats-Unis. Leurs conditions de détention déplorables dans le centre d'accueil de Clint avaient suscité l’indignation. L’administration assure que le centre où ils sont désormais détenus est plus adapté.


Des enfants de huit ans qui prennent en charge les plus jeunes, pas de savon, pas de dentifrice ni de brosse à dents, et parfois l’obligation de dormir sur le sol faute de matelas: les conditions d’accueil des enfants de migrants à Clint au Texas, décrites par une équipe d’avocats et de médecins qui a pu se rendre sur place, font froid dans le dos, rapporte notre correspondante à Washington, Anne Corpet.

Les juristes ont raconté avoir entendu des enfants se plaindre de ne pas dormir la nuit à cause de la faim, réclamer des vêtements propres, et en particulier des couches pour les plus petits. Ce centre géré par les garde-frontières, est théoriquement un lieu de passage, où les migrants ne sont détenus que 72 heures, mais du fait de l’engorgement des structures d’accueil, certains enfants y sont restés près d’un mois.

Devant l’indignation suscitée par ces récits, l’administration a finalement transféré les enfants dans un camp de tentes installé à El Paso et géré par le secrétariat à la Santé. Il est beaucoup plus adapté à l’accueil de jeunes enfants que le centre de Clint, assure l’administration.

Depuis le 10 juin, plus de 52000 mineurs non accompagnés sont passés de la tutelle du département de la Sécurité intérieure à celle de la Santé. Soit une hausse de 60% depuis l'année dernière selon des chiffres du département de la Santé.

Chronologie et chiffres clés