rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Près de 6000 agressions sexuelles signalées à Uber aux Etats-Unis en 2017-2018 (officiel)

Haïti Jovenel Moïse Corruption

Publié le • Modifié le

Haïti: Jovenel Moïse sort de son silence et nie être corrompu

media
Le président haïtien, Jovenel Moïse, en Floride, le 22 mars 2019. Nicholas Kamm / AFP

En Haïti, le président est finalement sorti de son silence : cela fait douze jours que la Cour supérieure des comptes a publié un rapport-fleuve sur la corruption dans lequel Jovenel Moïse est accusé d’avoir profité de « détournements de fonds », de « collusion » ou encore de « favoritisme ». Mercredi 12 juin, il a démenti être mêlé à toute affaire de corruption et appelle la justice à faire son travail.


Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

C’est dans le cadre de la cérémonie d’anniversaire de la police nationale que Jovenel Moïse s’est finalement exprimé sur le sujet au cœur de l’actualité depuis bientôt deux semaines : la corruption et le rapport Petrocaribe.

Malgré l’ampleur des manifestations dimanche à travers le pays et malgré la paralysie des activités dans la capitale ces dernières 48 heures, le président haïtien était donc resté silencieux jusqu’à ce mercredi.

« Je vous regarde droit dans les yeux pour vous dire aujourd’hui : votre président, celui pour qui vous avez voté, n’est pas impliqué dans la corruption. Votre président n’a jamais été impliqué dans la corruption. Il faut que la justice fasse son travail, mène l’enquête comme ça doit. Les personnes qui ont mal géré ou mal utilisé l’argent de l’État répondront devant la justice dans un procès juste, équitable et sans persécutions politiques ni parti pris », a déclaré Jovenel Moïse.

À lire aussi : Haïti: le président au cœur «d’un stratagème de détournement de fonds»

Aux divers secteurs qui réclament sa démission, Jovenel Moïse a répondu que « si la solution était de faire partir des chefs d’État, le problème d’Haïti serait résolu », en rappelant qu’ « Haïti est le pays du continent américain qui a eu le plus de dirigeants ».

Cela n’empêche que de nouvelles mobilisations citoyennes pour réclamer le départ du président sont annoncées pour jeudi et vendredi dans la capitale.

Chronologie et chiffres clés