rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Revue de presse Haïti

Publié le • Modifié le

A la Une : Haïti a un nouveau Premier ministre par intérim

media
Jean Michel Lapin, nouveau Premier ministre par intérim. REUTERS/Andres Martinez Casares

Il s'appelle Jean Michel Lapin, était jusqu'ici ministre de la Culture et de la Communication, et le président haïtien Jovenel Moïse l'a nommé hier « Premier ministre ad intérim en attendant le choix d'un nouveau Premier ministre et la formation d'un nouveau gouvernement », rapporte le quotidien Le National.

En début de semaine, la Chambre des députés avait destitué Jean-Henry Céant. Sur les 103 députés qui avaient pris part au vote de censure lundi, 93 avaient voté pour le renvoi du Premier ministre, accusé de n'avoir rien fait pour améliorer les conditions de vie en Haïti. Mais Jean-Henry Céant avait « saisi la justice pour contester ce vote de la Chambre basse », rappelle Le Nouvelliste qui s'interroge : « Sa plainte tient-elle encore ? » Après la nomination de Jean Michel Lapin, le chef du gouvernement sortant a en tout cas fini par présenter sa démission.

Ce nouveau revirement dans la vie politique haïtienne suscite bien évidemment des commentaires. « Si le bilan de Jean-Henry Céant est maigre, ce n’est pas pourtant l’envie de faire qui lui manquait », estime Le Nouvelliste. « Il affirmait sa volonté de faire la lumière sur le dossier PetroCaribe, de demander des audits sur des organismes autonomes de l’État, de combattre la contrebande et le gaspillage des ressources publiques dans l’achat, la location de véhicules. Pour Céant, ce sont ces projets qui l'ont fait passer pour la bête noire des alliés du président », souligne le quotidien.

Le départ du Premier ministre et l'arrivée de son remplaçant par intérim s'est fait dans l'apparente indifférence de la population. « Le crash en bout de piste de la machine Céant n'a pas provoqué d'émoi particulier », constate l'éditorialiste du National qui conclut : « Comme si la population avait choisi d'ignorer les destins croisés d'un Premier ministre en déshérence et d'un Parlement dans ses agitations généralement vaines ».

Brésil : l’ex-président Michel Temer en détention préventive pour corruption

C’est le dernier rebondissement dans la tentaculaire enquête anticorruption au Brésil Lava Jato : Michel Temer a été arrêté ce jeudi et placé en détention préventive. L'ex-président brésilien est soupçonné d'avoir été à la tête d'une organisation ayant détourné des centaines de millions d'euros.

« L’arrestation et l’emprisonnement de Michel Temer constitue une décision surprenante mais qui soulève toutefois certaines questions », estime Carta Capital. Des experts interrogés par l’hebdomadaire estiment que la mesure de prison préventive n’est pas vraiment justifiée même s’il est vrai que l’ex-président fait l’objet de plusieurs enquêtes. Correio Braziliense souligne que même plusieurs responsables politiques de gauche, qui accusaient Temer d’avoir fomenté un coup d’Etat contre l’ancienne présidente Dilma Rousseff, critiquent aujourd’hui la décision de la justice.

D’après O Globo, l’arrestation de Michel Temer est une démonstration de force des enquêteurs de Lava Jato, une mesure qui est prise à un moment où certains observateurs et dirigeants politiques commençaient à douter de la volonté du ministre de la Justice Sérgio Moro d’aller au bout de sa lutte contre la corruption.

Venezuela : après l’arrestation de Roberto Marrero, Washington monte au créneau

Après l'arrestation ce jeudi par les services de renseignement de Roberto Marrero, député et bras droit du président par intérim autoproclamé Juan Guaido, les Etats-Unis montent au créneau. « L’envoyé spécial américain pour le Venezuela, Elliott Abrams, a mis en garde le régime de Nicolas Maduro. Une arrestation de Juan Guaido lui-même entraînerait une réaction de la communauté internationale », rapporte La Patilla.

Hier soir, l'appartement de la députée d'opposition Kelly Perfecto a été perquisitionné par les agents du Sebin. L'élue était la dernière personne à avoir été en contact par téléphone avec Roberto Marrero avant l'arrestation de celui-ci, fait savoir le quotidien El Nacional.

Chronologie et chiffres clés