rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Donald Trump Etats-Unis Mexique

Publié le • Modifié le

Etats-Unis: résolution démocrate à la Chambre contre l'état d'urgence de Trump

media
Nancy Pelosi, le 5 février dernier au Capitole. REUTERS/Joshua Roberts

Les démocrates ont lancé leur offensive contre la déclaration d’état d’urgence nationale de Donal Trump, une mesure exceptionnelle du président destinée à débloquer des fonds spéciaux pour financer son mur anti-immigration sur la frontière mexicaine. Les parlementaires démocrates ont présenté une résolution vendredi 22 février 2019, visant à l’annuler. Mais le président promet d’y mettre son veto.


Avec notre correspondant à San Francisco,  Eric de Salve

Selon les démocrates, les justifications de Donald Trump pour déclarer l’état d’urgence nationale sont inventées de toutes pièces. « Il n’y a aucune preuve soutenant la fausse affirmation du président d’une crise migratoire à la frontière », assure Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants, où les démocrates sont majoritaires.

En janvier, Nancy Pelosi avait gagné son premier bras de fer avec Trump, l’obligeant à rouvrir l’administration sans rien obtenir après 35 jours de blocage. La résolution déposée ce vendredi par 225 élus de la Chambre vise à invalider sa manœuvre, destinée à financer son mur en contournant le Congrès.

L'offensive judiciaire de 16 Etats devant un tribunal de Californie

L’opposition promet un vote dès mardi à la Chambre. Mais ses chances sont faibles, car la résolution devra ensuite être votée par le Sénat, où les républicains sont majoritaires. Et même s’il était voté par le Sénat, Donald Trump a promis d’y apposer son veto « à 100% ». Or, pour outrepasser ce veto, un vote des 2/3 du Congrès serait nécessaire.

L’offensive démocrate s’ajoute en tout cas à celle engagée lundi par 16 Etats devant un tribunal de Californie. Cette plainte vise aussi l’annulation de la déclaration d’urgence qui devrait permettre à Donald Trump de ponctionner entre 7 et 8 milliards au budget militaire pour construire une partie de son mur anti-immigration.

Chronologie et chiffres clés