rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Irak: un engin explosif fait au moins un mort près d'un rassemblement de contestataires à Bagdad (autorités)
  • Éliminatoires CAN 2021: la Mauritanie tient tête au Maroc, 0-0; la Tunisie écrase la Libye, 4-1
  • CAN U23: Égypte-Afrique du Sud et Côte d’Ivoire-Ghana en demi-finales
  • France: l'Assemblée fait marche arrière sur l'huile de palme en maintenant son exclusion des biocarburants

Haïti Questions sociales Jovenel Moïse

Publié le • Modifié le

Haïti: «On va rester dans la rue pour tous les jeunes qui n’ont pas de travail»

media
Un manifestant saute au-dessus d'une barricade en feu lors d'une manifestation à Port-au-Prince, le 10 février 2019. REUTERS/Jeanty Junior Augustin

Cela fait quatre jours que les activités sont paralysées dans la capitale haïtienne et les principales villes de province. Les opposants les plus radicaux multiplient les manifestations pour réclamer le départ du pouvoir du président. Des manifestations en marge desquelles au moins trois personnes ont été tuées et qui ont occasionné d’importants dégâts matériels.


Avec notre correspondant à Port-au-Prince, Amélie Baron

Ils n’ont été que quelques centaines à s’être rassemblés à Port-au-Prince dimanche mais les opposants au pouvoir sont plus motivés que jamais à réclamer le jugement des éventuels corrompus et un réel accès aux services sociaux.

« On va rester dans la rue jusqu’à ce qu’on obtienne un procès Petrocaribe, explique l'un d'eux, Jeanty Manis. On va rester dans la rue pour tous les jeunes qui n’ont pas de travail, qui n’ont pas à manger. On va rester dans la rue jusqu’à ce qu’on obtienne des routes, des hôpitaux et des universités. »

Appel au dialogue

Le long du parcours les manifestants ont multiplient les barricades. Des voitures ont aussi été incendiées, des vitrines de commerces brisées. Comme le menace, Louis Paul Vlanel, cette violence n’est peut-être qu’un début.

« Si  demain matin, d’ici les prochaines heures, Jovenel n’a pas démissionné, tous les bourgeois qui l’ont soutenu vont subir une casse totale, prévient-il. Qu’il vienne à la raison : le peuple qui n’a pas à manger, qui ne peut pas aller à l’école, qui est dans la souffrance, dans un misère atroce, il demande à Jovenel de partir. »

La communauté internationale appelle les acteurs politiques au dialogue mais depuis juillet, les opposants les plus radicaux ont clairement expliqué que pour eux, le départ du pouvoir de Jovenel Moïse était un prérequis à toute négociation.

Chronologie et chiffres clés