rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Rougeole: 695 cas enregistrés aux Etats-Unis, pire épidémie depuis 2000 (autorités)
  • Soudan: les militaires se disent d'«accord avec la plupart des exigences» des leaders de la contestation

Etats-Unis Shutdown Donald Trump

Publié le • Modifié le

Le Sénat doit voter deux propositions de sortie du «shutdown», sans réel espoir

media
Le «shutdown» prive 800 000 fonctionnaires de leurs salaires et va coûter cher à l'Etat américain. REUTERS/Jim Young

Plus d’un mois après le début du « shutdown » aux États-Unis qui paralyse partiellement l’Etat fédéral, prive 800 000 fonctionnaires de leurs salaires et a déjà coûté près de 5 milliards de dollars à l’économie américaine, un accord est-il en vue ? Deux initiatives concurrentes, républicaines et démocrates, doivent être votées jeudi 24 janvier au Sénat. Mais, selon les experts, aucune des deux propositions n’a de réelles chances d’aboutir.


Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

Les fonctionnaires américains touchés par le « shutdown » devront-ils supporter une nouvelle semaine sans salaire ? Les risques sont grands selon des experts qui jugent les deux propositions incapables de réunir les 60 votes nécessaires à leur adoption par le Sénat.

Financement du gouvernement jusqu'en septembre...

D’un côté, les républicains offrent un financement du gouvernement jusqu’en septembre, l’enveloppe de 5 milliards de dollars réclamée par Donald Trump pour construire le mur avec le Mexique et un sursis de trois ans à un million d’immigrants menacés d’expulsion.

De l’autre, les démocrates proposent de financer les institutions fédérales jusqu’au 8 février seulement, le temps de rouvrir la discussion sur la sécurité de la frontière. Mais il ne fait aucune mention du budget pour le mur.

Le discours sur l'état de l'Union compromis

Derrière ces discussions, l’enjeu est aussi le discours sur l’état de l’Union que Donald Trump devait prononcer le 29 janvier prochain et pour l’instant toujours compromis. Mais malgré ces efforts bipartisans, le président a coupé court à tout espoir de percée. « Ne cédons pas » a-t-il écrit sur Twitter à l’adresse de ses troupes.

Chronologie et chiffres clés