rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Mexique Pétrole Andres Manuel Lopez Obrador

Publié le • Modifié le

Explosion d’un oléoduc au Mexique: l’armée et la stratégie d'Obrador en cause?

media
Lopez Obrador ici à Mexico, le 14 novembre 2018. REUTERS/Henry Romero

Deux jours après l'explosion et l'incendie d'un oléoduc au Mexique qui a fait au moins 85 morts et 58 blessés, la polémique enfle. La tragédie aurait-elle pu être évitée si les soldats présents sur place étaient intervenus ? Voilà l'une des questions qui taraudent l'opinion mexicaine ces derniers jours. La gestion de l'armée et la stratégie du président Obrador sont profondément mises en cause.


Quand vendredi dernier 18 janvier l'oléoduc de Tlahuelilpan explose, cela fait déjà deux heures que l'armée a localisé la fuite.

Deux heures pendant lesquelles 800 personnes vont venir siphonner l'essence, sous le regard de 25 soldats, qui selon plusieurs témoignages ne sont pas intervenus autrement qu'en prévenant les gens des risques encourus.

Le président Lopez Obrador a préféré arrondir les angles : « Je soutiens totalement le comportement de l’armée. Beaucoup de gens disent que les soldats auraient dû réprimer les gens, mais non, on n'éteint pas un feu avec plus de braises, il faut des solutions de fond. »

Depuis deux semaines, plusieurs oléoducs ont ainsi été fermés pour éviter les vols, ce qui a provoqué une pénurie de carburant, et donc poussé les gens à perforer encore plus de pipelines pour se ravitailler.

Sauf qu'en face, l'armée manque cruellement de moyens : seuls 5 000 soldats sont déployés aujourd'hui pour surveiller un réseau d'oléoduc de 54 000 kilomètres.

Le nouveau procureur général du pays, Alejandro Gertz, a été chargé de l'enquête. Il a en tout cas rappelé que le vol de carburant est punissable de 20 à 30 ans d'emprisonnement.

Chronologie et chiffres clés