rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

États-Unis Shutdown

Publié le • Modifié le

Etats-Unis: galères et débrouilles des employés fédéraux victimes du «shutdown»

media
Des employés fédéraux font la queue devant la cantine de World Kitchen à Washington, le 16 janvier 2019. REUTERS/Jonathan Ernst/File Photo

Le conflit qui oppose le Congrès et la Maison Blanche est toujours dans l’impasse. La paralysie de l’administration américaine entre dans sa cinquième semaine. 800 000 employés fédéraux sont toujours privés de salaire. Pour certains, l'absence de revenus devient difficile et la débrouille s'organise.


Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

World Kitchen, une organisation humanitaire, a ouvert une cantine gratuite au cœur de Washington pour les employés fédéraux. Ses locaux ne désemplissent pas.

Anny vient pour la deuxième fois déjeuner ici. Elle est réquisitionnée par son agence gouvernementale mais n’est pas payée. « Il faut se débrouiller, piocher dans les économies », explique-t-elle.

« Les bus sont arrangeants, ils nous autorisent à voyager gratuitement, beaucoup de gens sont compréhensifs et nous offrent des délais de paiement. Pour le gaz et l’électricité, on peut attendre six mois ou étaler nos dettes sans pénalité. Et les restaurants comme ça, cela rend vraiment les choses plus faciles… »

La rage au ventre

Juste derrière elle dans la file, Sonia ne cache pas sa colère contre le président Trump, qu’elle rend responsable de la situation. « Je ne peux même pas trouver les mots, je suis absolument furieuse ! Tellement, tellement en colère… C’est au-delà des mots, ce que je ressens. Au-delà des mots. Si quelqu’un le privait de son argent, il comprendrait ce que l’on ressent. »

World Kitchen offre 5 000 repas par jour aux employés fédéraux. Face à l’impasse des négociations budgétaires, elle envisage d’ouvrir des locaux dans plusieurs autres grandes villes des Etats-Unis. Il s’agit, selon son fondateur, d’une « urgence humanitaire ».

Chronologie et chiffres clés