rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Donald Trump États-Unis Shutdown

Publié le • Modifié le

Etats-Unis: Trump esquisse un compromis pour mettre fin au «shutdown»

media
Le président américain lors de son allocution télévisée, le samedi 19 janvier 2019. REUTERS/Yuri Gripas

Donald Trump a formulé ce samedi des propositions en matière d'immigration pour mettre fin au blocage budgétaire des services fédéraux depuis près d'un mois. Mais le compromis esquissé par le président républicain a été rejeté par l'opposition démocrate.


Donald Trump ne renonce pas à son mur. Il est déterminé comme promis à « maîtriser l’immigration d’une manière ou d’une autre ». Il l'a dit et redit ce samedi soir. Le président américain a proposé un large plan pour lutter contre l’immigration clandestine, mais aussi pour répondre à ce qu’il appelle une « crise humanitaire ».

Donald Trump exige toujours le déblocage des 5,7 milliards de dollars qu'il réclame au Congrès pour financer la construction d'une clôture en acier à la frontière mexicaine et 2 750 agents des frontières en plus.

Il a proposé en contrepartie une aide humanitaire de 800 millions de dollars aux migrants et un « statut temporaire » de ceux qui sont venus aux Etats-Unis suite à des crises particulières dans leur pays. De même il a promis des extensions de permis de séjour à environ un million de « dreamers », des clandestins arrivés mineurs dans le pays, et désormais bien installés et qui risquent à longs termes d'être expulsés. Le président a aussi promis de mieux accompagner les nouveaux arrivants.

Reste que le discours du président américain était avant tout orienté vers la protection de la frontière sud : « C’est un compromis guidé par le bon sens que les deux camps devraient soutenir. La gauche radicale ne devrait jamais contrôler notre frontière, je ne laisserai jamais faire ça. Un mur n’est pas immoral. En fait, c’est même le contraire, car il permettra de sauver de nombreuses vies et empêchera la drogue de se répandre dans notre pays. Notre plan comprend les points suivants : 800 millions de dollars d’assistance humanitaire d’urgence ; 805 millions pour des technologies permettant de repérer le trafic de drogue à nos postes-frontières ; l’ajout de 2 750 agents de sécurité aux frontières ; 75 nouveaux juges de l’immigration. Le plan inclut aussi 5,7 milliards de dollars pour le déploiement stratégique d’une barrière physique, c’est-à-dire, un mur. »

La chef de la majorité démocrate à la Chambre des représentants Nancy Pelosi avait rejeté par avance cette offre dont la teneur avait été dévoilée par la presse.

Chronologie et chiffres clés