rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis Donald Trump

Publié le • Modifié le

[Reportage] «Shutdown»: les fonctionnaires disent leur ras-le-bol

media
«800 000 sans salaire» peut-on lire sur la pancarte de ce manifestant, en référence au nombre de fonctionnaires qui ne recevront pas leur salaire en janvier. REUTERS/Carlos Barria

Toujours aucune issue en vue pour lever le blocage partiel de l'administration fédérale aux Etats-Unis. Les salaires qui devaient être versés ce vendredi ne seront pas transmis aux 800 000 fonctionnaires affectés par le « shutdown ». C'est le vingtième jour de paralysie, presque un record. Les employés de l’administration fédérale ont manifesté jeudi à quelques mètres de la Maison Blanche.


Je ne peux pas payer mes factures, l’emprunt de ma voiture, je ne peux rien régler, tout est suspendu. On gèle, on est là dehors dans le froid parce qu’on ne va pas être payés. Je dois demander de l’aide à ma famille pour m’aider à mettre de la nourriture sur la table. Ce n’est pas normal du tout
Reportage à Washington dans la manifestation des fonctionnaires contre le shutdown 11/01/2019 - par Anne Corpet Écouter

Steve (photo ci-dessus) est un fonctionnaire chargé du contrôle technique des avions à l’aéroport de Miami. Il est inquiet des conséquences du « shutdown » sur le trafic aérien.

« Nous demandons juste à retourner travailler. Nous ne nous inquiétons pas encore de notre salaire, il s’agit de la sécurité du public ! Nous faisons les inspections sur les appareils et contrôlons les pilotes. Nous sommes environ 3 388 inspecteurs et pour être honnêtes, peu d’entre nous travaillent en ce moment. La majorité d’entre nous sommes dans l’impossibilité de faire notre boulot, d’inspecter les avions dans lesquels nous volons ! Il y a eu un avion qui devait aller de Los Angeles à New York et qui a dû être détourné car il y avait un problème : de la fumée dans le cockpit. Deveniez quoi ? Il a finalement atterri à Phoenix et aucun inspecteur fédéral à notre connaissance n’a été appelé pour voir quel était le problème, déterminer comment le régler et vérifier la maintenance de l’appareil. Cela me fait peur, je ne suis pas à l’aise avec ça. Je prends l’avion moi aussi ! Il faut vraiment qu’on retourne au travail. Même si on n’est pas payés, on veut y retourner. »
A.C

«Congrès: faites votre boulot pour que nous fassions les notres» proclame ce manifestant. RFI/Anne Corpet

Chronologie et chiffres clés