rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

États-Unis Donald Trump Mexique Shutdown

Publié le • Modifié le

Mur et «shutdown»: Trump va s'adresser à la nation, et se rendre à la frontière

media
Le président Trump, le 6 janvier 2019 à Washington. REUTERS/Joshua Roberts

Le président américain s’adressera ce mardi 8 janvier 2019 à la nation. Une décision annoncée lundi par la Maison Blanche. Donald Trump entend plaider pour la nécessité de construire un mur à la frontière mexicaine, alors que l’administration fédérale entre dans sa troisième semaine de paralysie partielle. Les démocrates refusent de débloquer la somme requise pour la construction de cet ouvrage.


Avec notre correspondante à Washington,  Anne Corpet

Mardi soir, le président des Etats-Unis veut convaincre le public que le mur qu'il a promis lors de la campagne pour lutter contre l'immigration clandestine à la frontière mexicaine est un enjeu crucial pour la sécurité du pays.

Dramatiser, ne rien lâcher, telle est la stratégie adoptée par Donald Trump dans le bras de fer qui l’oppose aux démocrates, et qui a jusqu'ici conduit au blocage et au « shutdown » de l'administration.

Dans le tweet qui annonce son discours à la nation, le président parle de la crise humanitaire et de sécurité nationale à la frontière. Il se rendra d’ailleurs jeudi sur place, en Californie ou au Texas, pour appuyer sa démonstration.

Sans craindre la surenchère, M. Trump déclare régulièrement que des « terroristes » entrent dans le pays par cette frontière, même si cela n’a jamais été prouvé.

Quant aux démocrates, ils dénoncent des mensonges et une instrumentalisation de la peur. Ils estiment que la priorité est de rouvrir l’administration fédérale, et non de bâtir un mur.

Faute d’obtenir du Congrès les 5 milliards de dollars qu’il exige, le président menace depuis plusieurs jours de décréter l’état d’urgence à la frontière, afin de débloquer des fonds en se passant de l’aval des parlementaires.

Mais de nombreux experts doutent de la faisabilité d’une telle mesure. Elle susciterait en tous cas de violentes protestations dans les rangs démocrates, et sûrement une contestation devant les tribunaux.

Chronologie et chiffres clés